Aux BET Hip-Hop Awards, Eminem s’affirme dans un freestyle contre Trump

Capture d'écran du freestyle d'Eminem.
Capture d'écran du freestyle d'Eminem.

 

Dans un décor simple et sans musique, Eminem s’exprime en freestyle pendant quatre minutes dans le cadre des Bet Hip Hop Awards. Ce freestyle brut est une tradition aux BET qui, chaque année, dévoilent une marée de punchlines dans une vidéo – filmé dans un lieu vide ou abandonné – d’un artiste. Un nectar pour les amoureux des premiers battements de coeur du hip-hop.

Les seuls arrêts que Slim Shady fait durant sa prestation imposent le silence. Derrière lui, plusieurs personnes sont à l’écoute, un peu comme nous, devant notre écran. Pour les amateurs de rap, il est impossible de ne pas faire une comparaison avec la mise en scène du rappeur français Sofiane, dans son nouveau projet qui rassemble : « Rentre dans le cercle ». Le sujet principal d’Eminem? L’administration Trump.


Lire aussi : Sofiane, l’homme du peuple ?


Le contenu en entier qui n’a pas encore été traduit, aborde les décisions politiques du président américain qu’Eminem n’hésite pas à nommer « kamikaze » qui produira selon lui, un « holocauste nucléaire ». Il dit à ce sujet :

« Nous ferions mieux de soutenir Obama, parce que ce que nous avons à la Maison Blanche est maintenant un kamikaze qui causera probablement un holocauste nucléaire »

Eminem revient sur la polémique et le mouvement « Take a knee ». Un mouvement lancé par des joueurs de football américain qui, durant l’hymne national américain, avaient mis un genou à terre en signe de protestation contre les injustices raciales :

« Il obtient une énorme réaction quand il attaque la NFL, et nous ne nous concentrons que sur ça au lieu de parler de Puerto Rico ou du contrôle des armes dans le Nevada. Toutes ces horribles tragédies et il s’ennuie. Il préfère déclencher un scandale sur twitter avec les équipes de football. Puis il dit qu’il veut baisser les impôts. Mais qui va payer pour ses extravagants voyages familiaux entre son golf et son manoir ? »

Plus que cela, ce dernier n’hésite pas à s’adresser aux personnes qui le suivent en leur demandant de choisir s’ils sont « pour » ou « contre » le président en place.

« A mes fans qui le (Trump) soutiennent, je dessine dans le sable une ligne, vous êtes pour ou contre».

Il ajoute à cela des paroles qui expriment de la colère face aux personnes qui pourraient être indécises : « « Et ceux qui n’arrivent pas à prendre une décision, je n’ai qu’une chose à vous dire « fuck you ! ». Est-ce une manière pour l’artiste d’inviter les citoyens à se responsabiliser sur les questions politiques ?

Non sans humour, Eminem a également taillé la femme de Donald Trump, Melania, tout en soulevant l’islamophobie du président :

«Je vais aller dans une mosquée lors du Ramadan, et je dirai une prière à chaque fois que Melania parle».

Il y a un an, le blondinet, qui scande à la fois sa folie et sa mélancolie depuis des dizaines d’années, avait déjà tiré la sonnette d’alarme concernant le bouleversement politique à venir aux USA (son titre Campaign Speech). Eminem prouve dans son discours son implication sur des thématiques en lien avec la politique, une position que beaucoup d’artistes ne se permettent plus d’avoir. L’artiste fait plusieurs millions de vues en quelques heures, certes, il a eu raison d’introduire son texte de cette manière : « Ici, c’est le calme avant la tempête. »

 

I.Ben Aissa & N.Imambajev
Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.