Christy Lova : l’afro-pop souffle sur la Belgique

Capture d'écran du clip "To Dondwa"
Capture d'écran du clip "To Dondwa"

Christy Lova veut mener sa Dolce Vita. L’artiste belgo-congolaise nous dévoile son univers afro-pop. Proche de Fally Ipupa, Christy a marqué sa carrière musicale par une absence depuis une année. Elle revient en force avec le collectif F’Victeam, piloté par Fally Ipupa, ainsi que son titre « Deejay » qui annonce la couleur de son EP à venir.


La première question Christy Lova : Qui es-tu ?

Christy Lova c’est Christelle, chanteuse belgo-congolaise d’afro-pop urbaine.

On a vu que tu es très proche de Fally Ipupa, est-ce qu’il t’aide dans ta carrière ?

Oui effectivement. En fait, il m’aide en tant que producteur. C’est mon mentor puisqu’il m’aide dans ma carrière. On s’est rencontré il y a plus de dix ans.

 

L’année dernière tu as sorti un titre qui s’appelle « Dolce Vita » et dans le refrain tu dis « ils me souhaitent du mal ». Le refrain s’adresse à qui exactement ?

Le refrain s’adresse à tous ceux qui m’ont fait du mal (rires) et qui en me regardant me souhaitent du mal.

Est-ce que tu as beaucoup de bobos encore ?

Quelques-uns quand même oui.

Par exemple ?

(Rires) Par exemple …J’ne peux pas vous dire, c’est trop gore.

Mais je me souviens sur tes réseaux sociaux, tu avais dit « J’arrête la musique ». Pourquoi est-ce que tu voulais arrêter ?

J’avais de très très très gros bobos. En fait, c’est tout plein de bobos qui se sont rassemblés en même temps et je me suis dit : « Ça devient trop difficile. Pourquoi la musique me fait tant de mal alors que je l’aime tellement ? » Je voulais me retirer. On m’a encouragé à reprendre. C’est ce que j’ai fait par la suite.


Lire aussi : Interview de Fally Ipupa


Tu as formé un crew qui s’appelle F’Victeam sous l’aile de Fally Ipupa. C’est lui qui l’a voulu ?

En fait, F’Victeam contient les artistes du label de Fally Ipupa. Donc, il y avait moi au départ et les quatre autres artistes se sont rajoutés par la suite. Fally a voulu qu’on fasse une compilation. On a sorti To dondwa tous ensemble. Je pense qu’il y aura deux titres chacun et deux titres collectifs.

 

Et l’univers de ta musique en solo ?

C’est un mélange. Déjà, Dolce vita, on sent la guitare congolaise, il y a le coté afro et il y a le côté on va dire « occidental ». Ça va rester comme ça pour moi en tout cas. Mais si vous voyez dans To dondwa, mon flow reste urbain. Donc Christy reste Christy quoi, malgré que la couleur du projet F Victeam est beaucoup plus afro. Christy Lova gardera son côté urbain, street et sexy !

Tu as dit le mot sexy. Est-ce qu’être une fille dans ce milieu, c’est compliqué parfois ?

C’est très compliqué… Très très très compliqué. Toutes les chanteuses normalement doivent le savoir, elles le savent c’est super compliqué. Mais il faut dire que cela demande beaucoup d’échanges. Il y a certains promoteurs qui vont venir vers toi et te diront : « oui je vais te produire pour tel concert ». Tu acceptes. Ensuite, il te parle d’autre chose. Puis quand il voit que tu ne vas pas dans son sens, il ne sera pas forcément motivé pour continuer une collaboration.

Et ça t’es arrivé souvent de faire face à ce genre de situation un peu bizarre ?

Ça m’est arrivé deux, trois fois oui. Ils viennent carrément te parler directement. Ils parlent cash ! Ils te font les yeux doux. Tu sais qu’il t’a appelé pour travailler, mais lui, il veut te « manger ».

 

Tu as sorti un nouveau son qui s’appelle DJ aussi, est-ce que tu peux nous parler de ce son ? Et pourquoi tu as décidé de revenir avec ce son un an après avoir sorti Dolce Vita ?

Parce qu’en fait ça faisait longtemps que mes fans avaient faim…

Ils voulaient te manger aussi (rires)

Ouais voilà (rires). J’avais faim aussi parce que j’avais vraiment besoin de sortir quelque chose. Depuis le mois de janvier, mon EP est terminé. Il devait sortir en avril, puis le projet F Victeam est arrivé. On a pris du retard. En attendant, je voulais sortir un titre : c’était DJ.

Est-ce que tu as quelque chose à rajouter ?

Le son To dondwa est dispo ainsi que Deejay. Consommez-les. Un single ne va pas tarder à sortir intitulé « Vocabulaire ». Restez branchés !

Propos recueillis par N. Imambajev & G. Lecouturier

 

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.