Dour Festival : les trois premiers jours

Dour-Festival

La veille du lancement des hostilités musicales, les premiers visiteurs et campeurs ont pu découvrir toute la splendeur du Borinage et des Hauts-Pays sous une grisaille bien de chez nous. Qu’à cela ne tienne ! Ces derniers étaient motivés et ne reculeront devant rien pour vivre ce festival qu’ils ont tant attendu. Le lendemain (mercredi), la fête allait déjà battre son plein.

Et comment pouvait-il en être autrement avec une programmation d’ouverture si alléchante ? D’abord, les amateurs de Hip-Hop et de Rap ont pu vibrer au rythme des ondes envoyées sous la Jupiler Boombox par le duo Carolo-Bruxellois Caballero & JeanJass. Si dans le stade des zèbres l’ambiance est réputée chaude, les deux compères exportent parfaitement celle-ci ! Les titres de leur dernier album « Double Hélice 2 » ont clairement été approuvés par la foule, déjà bouillante. Après cette belle mise en bouche, il suffisait aux festivaliers de sortir de la tente (ou du moins ce qu’il en restait) et de se tourner vers la Last Arena pour vivre le concert de VALD. Les morceaux du rappeur d’Aulnay-sous-Bois, entrecoupés de cris dignes d’un chanteur de Metal, ont permis à ce dernier d’acquérir à sa cause le public dourois !

À la fin de cette prestation, le public n’a pas eu le temps de se remettre de ses émotions ; l’heure était venue d’entamer le concert de l’artiste dont le nom résonnait déjà bien avant que commence son show : Damso ! Le Bruxellois a entamé sa récitation avec quelques titres de son précédent opus « Batterie faible », le public, lui, était chargé à bloc. Enchaînant sur son dernier projet « Ipséité », celui qui bat tous les records de streaming a continué à subjuguer l’assistance. Le featuring avec Vald (en invitant le principal intéressé sur scène), les featurings avec Booba, un freestyle digne de Busta Rhymes et le fameux « Bruxelles vie » terminés, il ne lui restait plus qu’à clôturer par le désormais connu de tous Macarena. Rideau (nwaar) pour le belgo-congolais, le contrat était rempli : c’était saaale !

 

Un dernier demi-tour permettait aux festifs festivaliers de profiter du concert de MIA. Cette dernière ouvrait le bal avec le titre « Borders » qui pousse à la remise en question par rapport à la problématique des réfugiés. Le décor était planté, le show allait se poursuivre sur cette lignée. Cependant, la prestation de la chanteuse était assez timide. Bref, ce mercredi, deux aller-retour entre la Last Arena et la Jupiler Boombox valaient à eux seuls le détour !

Le lendemain, notre attention allait de nouveau se concentrer entre les deux scènes mentionnées ci-dessus. En effet, Coely précédait la scène montante du rap belge « Bruxelles arrive » sur la Last Arena. « Bruxelles arrive », c’est le gratin des figures montantes du rap bruxellois : Roméo Elvis, Krisy, L’or du Commun et cie. Du beau monde pour un show de qualité avec un R. Elvis magistral comme à son habitude.

Ensuite, c’était au tour de Kaaris, accompagné de Kalash Criminel, de monter sur la scène de la Jupiler Boombox. Fidèle à lui-même, le rappeur de Sevran a fait honneur à sa réputation d’ambianceur ! La fête allait se poursuivre sous le même chapiteau, car French Montana allait s’y produire ! Le public répondait présent en nombre pour reprendre en chœur son featuring avec Lacrim, A.W.A., entre autres. Møme allait s’occuper de tenir les festivaliers en haleine avant que ceux-ci n’entament un nouveau retour à la Last Arena pour accueillir le roi de la trap US : Gucci Mane. Ce dernier remplaçait Solange à la dernière minute, la sœur de Beyoncé était assignée à rester au repos suite au rythme effréné de sa tournée. Le public a pu se consoler, certes dans un autre style, avec une prestation américaine toujours bien rodée ! Un dernier retour à la Jupiler Boombox permettait aux plus courageux de terminer leur soirée sur les sons envoyés par Kaytranada, dans un premier temps, et par Stwo, DJ français, par la suite. Le repos était désormais primordial pour pouvoir être en forme le lendemain.

En effet, le vendredi, dès l’ouverture, les festivaliers devaient choisir entre Convok, rappeur bruxellois, à la Jupiler Boombox ou WWWater, jeune artiste gantoise, sur la scène de la Petite maison dans la prairie. Deux styles différents, mais selon les artistes, le public répondait une nouvelle fois présent (les interviews disponibles bientôt). Après ces deux concerts d’entrée, Uman ouvrait la journée sur la Last Arena. Le Bruxellois allait faire résonner son message engagé sur fond musical reggae pour chauffer un public qui en était déjà à son troisième jour de festivités. La suite de la programmation permettait de découvrir d’autres styles musicaux et d’autres artistes avant l’arrivée, que nous attendions avec impatience sur la Last Arena, de la légende du Rap US : NAS ! Tout droit venu de Brooklyn, il a enchaîné ses classiques (N.Y. State of Mind, The World Is Yours, If I Ruled The World et The Message) avant de rendre un hommage au récemment décédé et tout aussi légendaire Prodigy de Mobb Deep sur Shook Ones ; goosebumps comme on dit en anglais (frissons) ! Un show respectable pour un des rappeurs les plus respectés.

Le public hip-hop s’est ensuite dirigé vers la Jupiler Boombox (NDLR : une tranchée est apparue entre les deux scènes) pour accueillir Pusha T. Or, ce dernier normalement programmé de 23h30 à 0 h 30 était désormais annoncé de 00h00 à 00h30. De plus, après une longue attente, l’artiste n’a commencé son show qu’à partir de 00h45. L’ambiance était au rendez-vous, mais après 5 voire 6 morceaux, Pusha T s’est éclipsé. Un goût de trop peu qui rappelle la prestation d’un certain Snoop Dogg… Mais l’entrain des festivaliers n’est jamais vain, ces derniers se sont dirigés vers d’autres scènes (mentionnons la magnifique et esthétique RedBull Elektropedia Balzaal au passage) pour continuer à vivre pleinement leur expérience musicale. Finalement, avant un week-end qui s’annonce une nouvelle fois bien chargé, le festival avait déjà répondu à de nombreuses attentes.

Maxime Thibeau

Aller en cadeau, un petit morceau de folie des festivaliers 🙂

à lire aussi...

4 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.