Guizmo : « Aujourd’hui, tout le monde devient dingue »

Guizmo
© Alex GD / Alohanews

Lamine Diakité n’a que vingt-sept ans. Pourtant, il s’est imposé dans le paysage médiatique du rap français depuis de longues années. De son passage remarqué à Rap Contenders à son prochain projet GPG 2 qui sort vendredi prochain, en passant par ses débuts au sein de l’Entourage, le chemin n’a pas été facile pour Guizmo.

Sur ce parcours semé d’embûches, le rappeur parisien s’est toujours servi de la musique pour exprimer ses émotions, et son mal-être. Avec un parler cru, et une forte productivité, l’artiste revient sur GPG2 à ce qu’il sait faire de mieux : rapper, et le faire avec rage.

Originaire du Val-de-Marne (94), Guizmo se fait connaître au début des années 2010 au sein du collectif l’Entourage. Les freestyles du groupe sur YouTube deviennent très rapidement viraux, et permet aux rappeurs qui font partie du collectif (entre autres Nekfeu, Alpha Wann, Jazzy Bazz et Deen Burbigo) de gagner en notoriété. Le passage de Guizmo à l’évènement Rap Contenders fait encore plus grimper sa côte, et Guizmo se fait rapidement un nom. Il sort par la suite son premier album, Normal, en 2011. Porté par quelques morceaux très bien distribués commercialement (Normal, Le premier chagrin du jour), l’album est très bien reçu par la critique et le public.

Peu après, Guizmo quitte l’Entourage, après avoir intégré le label Y&W. Le différend avec les rappeurs du collectif parisien se poursuit en musique, et après une course-poursuite entre Guizmo et ses ex- compères, le rappeur de Valenton sort le titre “Cours plus vite que les baffes”, qui est un clash contre Nekfeu.

Les années passant, le clash diminue, même si Guizmo a récemment lancé quelques piques dans un de ses morceaux de son album à l’encontre de l’Entourage. Dans son album GPG2 de 29 titres (plus un en bonus), Guizmo évoque des thèmes qui lui sont propres. Nous avons pu lui en parler dans cet entretien, de son rapport à sa famille, à sa volonté de sortir de ses addictions, en passant par les topliners et sa (déjà) longue carrière. Entretien-fleuve avec un artiste authentique, pas adepte de la langue de bois pour un sou.

Léopold Court

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.