Ἥρα, la réédition de Héra de Georgio

Après un deuxième album sorti début novembre, le jeune rappeur de Paris Nord nous dévoile sa réédition avec 9 nouveaux titres. L’occasion pour nous de revenir sur cette étoile montante du rap.

Originaire de l’ouest de la France, Georgio se dirige rapidement vers la capitale où il y découvre les dessous du monde. En effet c’est aux alentours de Marx Dormoy, Saint-Cloud, Aubervilliers et Pigalle qu’il évolue dans son adolescence. Très vite, il refuse et s’écarte du système scolaire, la rencontre avec la vie sera solitaire et brutale.

 

Au fur et à mesure, le gamin prend le micro jusqu’à sortir des projets tel que Mon Prisme (2012) qui sera celui qui va le mettre au grand jour dans le milieu rap, ou encore Soleil d’Hiver (2013) avec Hologram Lo’ pour créer un classique : Saleté de rap.

Depuis les débuts il est entouré de son backeur Sanka, vraie boule de nerf qui saute partout sur scène avec ses cheveux colorés, ainsi que de Diabi et Little Rooster les deux experts des machines de la bande. Ensemble ils auront parcouru les petites salles de la Gare de Lyon jusqu’à l’Olympia.

La mixtape Nouveau souffle prouve que l’artiste aime avant tout communiquer et partager avec son public puisque c’est ce dernier qui choisira les face B sur lesquelles Nekfeu, Vald et les autres vont poser.

Le natif de la Seine-Saint-Denis aime la littérature et la poésie, le célèbre roman La vie devant soi de Romain Gary sera l’un des premiers livres à le marquer. On sent d’ailleurs une grande influence dans son projet A l’abri sorti en 2014, qui sera son dernier EP.

2015, c’est l’année de l’album, le premier. Une grande étape dans une carrière. Après un crowdfunding brillamment réussi (50 000 euros récoltés pour 35 000 demandés), l’œuvre est dans les bacs. Très profond et très personnel, le projet connait rapidement le succès avec des titres comme Héros ou Malik. Dépression, sombre, désespoir, intense, sont les maitres mots. Des titres comme la Celle-Saint-Cloud ou Rêveur sont touchants et prônent l’amour (familial ici).

Tout d’un grand

Après une tournée d’environ 70 dates pour le premier opus, c’est au tour de Héra de voir le jour. Changement d’atmosphère. Après la dépression, la joie et l’envie de vivre reviennent. L’artiste évolue et c’est ce qu’on aime. Georgio s’assume de plus en plus et n’a pas peur de chanter comme sur Promis j’arrête ou La vue du sang. Toutefois on retrouve encore des titres comme L’espoir meurt en dernier, No Future et On rêvait tous de s’envoler où l’artiste se bat avec le micro et balance les vérités et les réalités de la vie.

 

Ἥρα est encore plus assumé, encore plus chanté, encore plus rock. La venue de Waxx le confirme. Georgio est dans un esprit de plus en plus rock dans la voix et le style : moins de casquette et de sweat Nike pour des chaussures et vestes en cuir. Néanmoins Peu importe l’avenir reste un titre avec un instru très électro. Ses textes toujours plus poétiques les uns que les autres sont toujours appréciés pour leur authenticité.

En bref, Georgio est en constante évolution depuis ses débuts et cela grâce à des références variées telles que Hugo TSR, la Russie, Françoise Sagan ou encore The Clash pour réaliser ce qu’il aime.

Alexandre DAUMUR-SMITH

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.