Niska : un nouveau riche qui ne s’aime pas ?

Niska

Est-ce que Niska n’aime pas ce qu’il est devenu ? Le célèbre rappeur du 91 donne des éléments de réponse que nous évoquons dans cet épisode de EMSTP !

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

1 Réponse

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,
    je suis un peu choqué de voir que la bonne conscience tente de s’emparer de tous les styles de rap.
    Il est un peu radicale et vulgaire de dire que les classes sociales déterminent nos habitudes et nos goûts. Les pauvres ne vont pas au grec par choix, mais par obligation. Les bourgeois sont des sales types qui vivent sur le dos des autres. Les bourgeois vivent de l’esclavagisme et les cités ne sont qu’une traduction architecturale d’un mode de domination. Dans le film de la haine, la scène montre en effet que les jeunes de banlieue ne comprennent rien à l’art, mais également que ces expositions d’art contemporains sont remplies d’artistes de merde qui vendent leurs oeuvres à des prix exorbitant à un public aux habitudes coloniales et méprisantes. Les bourgeois méritent tous de brûler et il est noble que Niska devenu bourgeois refuse d’être en accord avec les codes de sa classe sociale.

    Je pense que vous devriez faire attention avec votre entreprise à ne pas être trop moralisateur ou stigmatisant avec les rappeurs d’aujourd’hui qui proposent pour la plupart d’entre eux plus de richesse et d’inventivité des textes et mélodies que la plus part des bourgeois. La nouvelle richesse de la langue française et nous savons que le langage fait monde, vient des cités et non des classes supérieures soit disant bien éduquées. C’est le rap qui sauve et nourrit la soit disant « culture occidentale contemporaine » et non pas les petits blancs qui nourrissent les rappeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.