Olivier Cachin : rap & médias

Journaliste, écrivain et animateur de télévision, Olivier Cachin contribue activement, depuis une vingtaine d’années, à la mouvance hip-hop. Dans cet entretien avec Alohanews, Olivier Cachin passe le rap français en revue. Parcours du journaliste, l’évolution du rap français, le phénomène du clash Rohff/Booba et quelques informations sur le projet Futur sont au menu de cette interview.

Animateur de RapLine pendant des années, pouvez-vous raconter la naissance de cette émission qui a mis les projecteurs sur le rap ?

La longévité de RapLine était un accident heureux. Il n’y avait pas du tout la volonté de faire une émission sur le rap de la part de M6, mais pas non plus de réticence. Leur optique était de faire une émission de deux mois dans le but de parler de cette musique là et passer à la suite. Au cours des deux mois, on s’est débrouillé pour faire des clips sous-titrés, on a tourné les premiers clips de IAM, de Tonton David, de MC Solaar etc. De ce fait, il y a eu pas mal d’engouement puisque la tendance hip-hop commençait à monter.

L’emballement du public décide donc de l’avenir de l’émission…

À l’époque, M6 était une petite chaîne de télévision sur laquelle RapLine avait rencontré un certain succès. De ce fait, M6 a voulu continuer jusqu’en décembre. De décembre, on passe à juin, et de fil en aiguille l’émission a continué pendant 3 ans et demi. C’était l’aventure puisqu’on n’avait jamais vraiment la sécurité d’une émission établie.

Et la fin de l’aventure RapLine ?

C’était assez curieux puisque la musique urbaine commençait a être à la mode quand M6 a décidé d’arrêter RapLine. La chaîne m’a proposé une autre émission plus exposée qui était Fax’O. Elle était diffusée le mercredi en fin d’après-midi au lieu des nuits de fin de semaine (NDLR RapLine). J’avais toutefois le souhait de continuer RapLine mais il y avait un choix à prendre, car d’autres personnes étaient susceptibles de prendre le poste de Fax’O. C’était, en quelque sorte, une promotion pour présenter une émission de musique plus généraliste.

Activiste du hip-hop depuis plus de 20 ans, comment voyez-vous l’évolution de ce milieu ? 

Grosse évolution. Le rap d’aujourd’hui ne ressemble plus du tout à ce que c’était il y a 20 ans. Il y a davantage de fonds financiers, d’acteurs dans le milieu, d’ambition dans la vente ainsi que dans la diffusion. Certains diront peut-être qu’il y a moins de magie, mais il faut se méfier de la nostalgie. On voit que ça ne ressemble plus à l’époque où tous les rappeurs étaient des pionniers apportant un nouveau style. Maintenant, c’est une industrie. Il y a un grand panel d’artistes passant par les commercialement rentables aux artistes plus underground.

Quel est le rappeur qui vous a le plus marqué ?

C’est très difficile d’en citer qu’un seul. Je dirais Gynéco, car il a révolutionné le rap game. C’était un ovni. Il a amené quelque chose d’innovant. J’apprécie des artistes qui arrivent là où on ne les attend pas. Il y en a eu beaucoup d’autres. IAM m’ont impressionné aussi. C’était le premier groupe qui m’a fait sentir un truc complètement différent. Un mélange entre une forme d’intellectualisme et un côté rue. La forme d’écriture sophistiquée de MC Solaar m’a marqué également.

On a parfois tendance à dire que le rap d’aujourd’hui se préoccupe moins des textes que le rap d’autrefois. La forme prévaut-elle désormais sur le fond ? 

C’est très vrai pour le rap américain qui puise davantage dans la phase et dans une avant-garde musicale très poussée. Je pense que c’est le cas aussi un petit peu pour le rap en français, mais il y a toujours un goût de la narration qui caractérise la musique urbaine française. Le côté storytelling reste encore une facette importante du rap français.

Le rap français a toujours cette tendance à être marginalisée par les médias traditionnels. Qu’est-ce qui est à changer afin d’accéder à la tribune médiatique dominante ? 

Beaucoup de choses ont évolué, mais il est vrai que le rap français reste toujours une musique ghettoïsée des grands médias. C’est choquant de voir un groupe comme la Sexion d’assaut qui vend énormément de disques (NDLR l’Apogée est l’album français le plus vendu de l’année 2012) ne pas figurer dans les tubes de l’année de TF1. Leurs sons très populaires tels que Désolé ou Avant qu’elle parte ont largement leur place. En même temps, je me demande s’il faut que ça change. Est-ce que ce n’est pas une façon pour cette musique de rester en marge et, ainsi, confirmer son image ?

Booba/Rohff, le clash est enfin déclaré. Quel est votre avis là dessus ? 

Tout d’abord, je pense que cette histoire est un non-clash. J’ai l’impression que Rohff se bat tout seul puisque Booba ne répond pas et n’est pas dans cette logique de clash. Je trouve que les deux ont des qualités même s’il est vrai qu’au moment où l’on parle, Booba part avec un avantage. Il a un album très attendu qui va arriver et Rohff n’a pas vraiment réussi son projet précédent. Ce clash n’existe pas vraiment. On essaye de le faire exister, mais toutes les parties ne se trouvent pas sur le ring. Il y en a un, certes, l’autre est ailleurs… dans le futur.

Lequel des deux devrait tirer son épingle du jeu ?

Il est certain que c’est Rohff qui doit profiter de cette situation. Encore une fois, Booba boxe actuellement dans une autre catégorie. Il a signé dans une grosse major, son album est attendu et le titre Caramel cartonne. En terme de notoriété, Booba a l’avantage. Rohff l’avait à l’époque du Code de l’horreur quand Booba avait raté son album 0.9. Pour l’instant, il n’y en a jamais un qui a perdu définitivement.

Vous avez pu dernièrement écouter des morceaux du tant attendu Futur. Des informations ? 

J’ai écouté 7 titres sur plus d’une quinzaine. Dans ce que j’ai écouté, il y a un morceau couleur reggae avec beaucoup d’autotune qui est très intéressant. J’attendais des prises de risques de la part de Booba. Sur ce morceau, il arrive là où on ne l’attend pas. Il y a d’autres morceaux qui sont très classiques avec des punchlines sur des prods de Therapy. Si l’album s’appelle Futur, j’espère que la directive de base sera d’essayer d’aller dans des univers musicaux encore inexplorés.

Quel est le projet que vous attendez ?

Le retour de Doc Gynéco qui est en train de travailler avec Animal Sons. Je pense qu’il est vraiment en mesure de revenir avec un disque fort. Il y a aussi Keny Arkana qui arrive avec un gros projet en décembre.

Quelle est votre actualité ?

Je présente une émission hebdomadaire sur le Mouv’ qui s’appelle Collection privée qui passe le samedi et le dimanche de 12 h à 14 h. Je prépare également des livres pour l’année 2013. Le dernier en date était un ouvrage sur l’histoire du rap français des années 90 qui accompagnait la compilation Rap Attitude.

Le mot de la fin ?

On ne sait pas de quoi sera fait le futur !

 

Propos recueillis par Nikita Imambajev 

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.