Assa Traoré : une femme, un combat

Assa Traoré

En ce 19 juillet 2018, nous commémorons ce qui aurait dû être le 26e anniversaire de ADAMA TRAORE. Mais le 19 juillet 2016 correspond également à la date de la mort d’Adama Traoré. Le 19 juillet 2016 à 19h05, le médecin du SAMU déclare Adama Traoré mort dans la cour de la gendarmerie de Persan dans le Val-d’Oise après une interpellation musclée de la police – à Beaumont-sue-Oise – à l’issue d’une course poursuite.

Deux ans après sa mort, la famille d’Adama Traoré dénonce un retard judiciaire insoutenable. En cause : un délai supplémentaire demandé par les experts médicaux en charge de rendre leur rapport sur les circonstances du décès de ce jeune homme de 24 ans.

« C’est inadmissible, réagit Assa Traoré, l’une des sœurs du défunt. Quand la justice veut aller vite, elle sait le faire. Nous n’avons plus confiance. »

A noter que la mort par asphyxie a été relevée par la dernière expertise datant de juillet 2017. La même conclusion avait été confirmée par les deux expertises précédentes effectuées en 2016.

Ce rapport devait permettre la poursuite de l’enquête pour :

  • Recherche des causes de la mort,
  • Violences par personnes dépositaires de l’autorité publique ayant entrainé la mort sans intention de la donner,
  • Non-assistance à personne en péril.

Pour rappel, les premières conclusions auraient dû être remises pour le 17 mai 2018. Mais les médecins ont introduit une demande pour un nouveau délai. Ce délai a été fixé au 17 juillet 2018. Cependant, la veille, une nouvelle demande de report a été introduite, et repoussée pour le 30 septembre 2018, « en raison des difficultés rencontrées », selon le juge. Mercredi 18 juillet 2018, Assa Traore adresse une lettre ouverte destinée à Emmanuel Macron et à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, publiée par L’Obs. Assa Traoré réclame une nouvelle fois justice et vérité sur l’affaire de son petit frère Adama Traoré.

« Comment Adama a été plaqué au sol ? (…) Pourquoi Adama a été conduit à la gendarmerie plutôt qu’à l’hôpital ? Pourquoi Adama était inconscient au sortir de leur véhicule ? Pourquoi les secours l’ont trouvé au sol, menotté ? Comment est-il mort sous leurs yeux ? »  

Un rassemblement sera organisé ce samedi  #MarcheADAMA le 21 juillet 2018 à Beaumont-sur-Oise. Alohanews sera présent et nous espérons vous y voir nombreux pour marcher et soutenir la famille Traoré.

Yousra Dahry

Ghazelles

Ghaz'Elles, la rubrique 100% féminine d'Alohanews.

à lire aussi...

2 Réponses

  1. Hanane Alaoui dit :

    Adama Traoré, c’est bien la racaille délinquante multirécidiviste morte ? Quand on a un pareil casier, on ne choisit pas volontairement d’agresser les policiers venus arrêter un des ses délinquants de frères (Adama a de nombreux frères, tous bien connus des servies de police : Bagui, Ysoufou, Youssouf, Yacouba, Samba… tous condamnés pour trafic de stupéfiants, violence avec arme, tabassage d’une victime de viol d’Adama qui avait osé porté plainte, incendie d’un bus, tentative de meurtre et j’en oublie sûrement).

    Je comprends la rage de sa soeur : comme elle ne peut pas, pour des raisons psychologiques faciles à analyser (et expliquées ci-dessous), se retourner contre le père commun qu’elle partage avec Adama, elle attaque les policiers qui n’ont fait que leur travail.

    Je précise « le père commun », car l’amour de la vérité m’oblige à dire qu’Assa et Adama ont deux mères différentes, attendu que Monsieur Traoré père, était polygame, et à la tête d’un harem quatre femmes et d’un cheptel de dix-sept (17) enfants.

    Vive le Mali, la polygamie, l’islam, le racaillisme haineux et violent, et les allocations familiales ? J’ai tout bon, là ?

Répondre à Hanane Alaoui Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.