Manger : quand les kilos se mêlent aux émotions

Elle s’installe face à moi, je lui demande de m’expliquer la raison de sa venue comme à mon habitude. Elle me répond qu’elle souhaite perdre du poids, que cette consultation est son dernier espoir avant de songer à la chirurgie, elle dit ne plus en pouvoir, ne plus supporter ce poids. Son reflet dans le miroir, elle le fuit comme le diable. Elle veut se débarrasser de ce corps qui l’insupporte, de ces kilos qui semblent l’avoir condamnée à perpétuité.

Je lui demande de me parler de son alimentation, de ce qui ferait défaut. Elle craque, avoue se sentir si fragile, si démunie face à de la « simple  » nourriture. Elle porte beaucoup sur ses épaules, n’a pas beaucoup de temps pour elle. Elle, elle porte tantôt un deuil, tantôt une séparation difficile, parfois une trahison, parfois de la violence morale ou même physique. Et puis il y a elle, pour qui la nourriture représente une telle dimension affective, parce que c’est sous cette forme que ses parents avaient choisi de montrer leur amour. Les larmes coulent…

Au creux de la nuit, elle se lève pour se retrouver seule avec elle-même, à l’abri de son conjoint, de ses collègues, de ses proches, de toutes ces personnes qui ne la comprennent pas et la fustigent sans cesse de remarques désobligeantes.

Elle craque, ce n’est pas être seule avec elle-même qu’elle recherche, non, elle veut se déconnecter, s’oublier, ne plus faire face à ces émotions qui la submergent.  Le voilà, ce refuge, tantôt sucré, tantôt salé, qu’importe, ce n’est pas la dimension hédonique des aliments qui est recherchée.

Objet d’amour, amie, réconfort, récompense, punition, distraction, voici les différents rôles de la nourriture, bien loin de répondre aux besoins physiologiques.

Exutoire factice des peines, la nourriture émotionnelle ne nourrit pas, elle déminéralise, fatigue physiquement et moralement.

Elle, c’est parfois toi, parfois moi et souvent nous. Ce sont trois femmes sur cinq qui sont touchées par ce phénomène qui induit une sécrétion de dopamine, une brève sensation de bien-être et d’apaisement illusoire.

Au niveau cérébral, ce circuit de la dopamine crée une forme d’addiction et le système nerveux cherchera très rapidement à revivre cette expérience. Les émotions étant refoulées, on court-circuite notre capacité à gérer les problèmes.

Culpabilité, vulnérabilité, baisse d’estime de soi découlent souvent de ces « craquages ».

Dire à ces femmes de manger moins, de résister, de marcher plus se résumerait à occulter le fond du problème. Non, il faudra travailler en profondeur, s’attarder sur les causes plutôt que sur les symptômes. Il faudra aussi nourrir correctement les zones du cerveau pour pallier aux conséquences des compulsions et mieux les appréhender.

Se libérer de la nourriture émotionnelle demande du temps, de la patience mais indubitablement d’apprendre à faire face à ses émotions, à les accepter, à les vivre pleinement.

A toi, qui te reconnais dans ce texte, sache que tu es incroyablement forte et belle.

Je te retrouve bientôt avec des pistes d’aide concrètes.

Pour la paix du corps et du cœur,

Hanane Afellah

Son site ici


« On ne peut guérir la partie sans soigner le tout. On ne doit pas soigner le corps séparé de l’âme, et pour que l’esprit et le corps retrouvent la santé, il faut commencer par soigner l’âme. Car c’est une erreur fondamentale des médecins d’aujourd’hui : séparer dès l’abord l’âme et le corps. »

Platon


Ghazelles

Ghaz'Elles, la rubrique 100% féminine d'Alohanews.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.