[INTERVIEW] Dadju, la force de l’amour

Dadju, interview.

Avec le succès de son album Gentleman 2.0, Dadju s’est retrouvé au devant de la scène. Alohanews a rencontré l’artiste pour explorer les coulisses de son métier d’artiste. 


 

Dadju est un véritable phénomène commercial et médiatique. Depuis un an, il cumule les millions de vues sur Youtube et fait l’unanimité dans la presse, spécialisée comme généraliste. Même s’il est le petit frère de Maître Gims, la destinée n’était pas toute tracée pour l’artiste de 26 ans.

Dadju commence la musique sur le tard, en dépit d’avoir une famille de musiciens, son père Djuna Djanana étant une figure connue en Afrique. C’est en traînant avec son frère et les autres gars du Wati B que l’aventure va vraiment commencer pour lui. Il signe avec le label en 2012 et forme un groupe avec Abou Tall. Grâce à cette symbiose entre le rap académique d’Abou et le flow chanté de Dadju, le duo se fait un nom dans le microcosme rap à travers trois albums de The Shin Sekaï (nom du groupe).

« Reine » a propulsé sa carrière solo de Dadju

Mais c’est quand il prend son envol en solo pour tester ses limites que Dadju va vraiment faire parler de lui, et très vite. Son premier single « Reine » qu’il avait introduit sur Instagram a connu un engouement incroyable d’abord sur ce réseau puis à sa sortie officielle en 2017. Aujourd’hui, le clip cumule 126 millions de vues sur YouTube. Un titre qui résume parfaitement le discours de son album « Gentleman 2.0 ».

Musicalement, Dadju puise dans ses multiples influences dues à sa double culture. Dans son saladier, il met un peu de R’n’b des années 2000, de pop et du rap français pour créer sa propre identité, tout en amenant des rythmiques africaines qui inondent la musique française aujourd’hui. Il se libère totalement du carcan rap et s’y rattache juste avec les featurings comme Niska et S.Pri Noir.

Dadju, interview.

Dadju a trouvé sa recette en proposant une pop urbaine positive et bercée par l’Afrique. Il continue d’inonder les ondes de ses tubes : son dernier en date « Bob Marley » sorti il y moins de deux mois vient d’attendre les 50 millions de vues. En plus du double disque de platine, Dadju remplit les salles de concert. A Bruxelles, la Madeleine est complet depuis des mois pour le concert du 2 mai. Le prochain objectif du chanteur en Belgique : remplir Forest National pour sa venue le 7 novembre 2018. Ca promet.

Simon Virot

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

2 Réponses

  1. les élites dit :

    L’Afrique tjr leader dans le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.