Noom Diawara raconte ce qu’il a encore fait au Bon Dieu !

Noom Diawara

Si l’on vous posait la question « Où a commencé la carrière artistique de Noom ? », la plupart d’entre vous diront au Jamel Comedy Club. Mais en réalité, il était déjà dans le circuit après avoir proposé plusieurs concepts d’émission à Canal+ , il avait notamment approché Omar et Fred avec des vidéos de sketch qu’il avait filmés. Pour finalement obtenir un stage de deux ans chez Canal+ . Quelques mois après, le voilà à faire la première partie de Tomer Sisley au Théâtre du Temple.

C’est après cette expérience qu’il a débarqué sur les planches du Jamel Comedy Club, une aventure qui a duré 3 ans de 2007 à 2010.

Nous sommes à Paris, dans la chambre fictive de Noom Diawara pour parler de la sortie du film « Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu » mais aussi de sa web série et de son spectacle.

Dans les salles belges le 30 janvier 2019, la suite du film s’annonce bien mouvementée. Une recette qui a fonctionné pour le premier avec plus de 12 millions d’entrées l’équipe complète revient pour parler « préjugés ».

Dans ce nouveau long-métrage, nous verrons débarquer une comédienne bien connue du public Claudia Tagbo qui incarnera la sœur de Noom. Rendez-vous donc le 30 janvier 2019.

Attendu sur grand écran, Noom est aussi présent sur scène, avec son spectacle « Mon ex avait raison » , la suite de la pièce qu’il a écrite et jouée au côté de Amelle Chahbi « L’amour sur place ou à emporter ».

Il revient pour interpréter le rôle de ce jeune homme plaqué par sa copine et forcé de retourner vivre chez ses parents alors qu’il a atteint la trentaine.

Récit de ses tribulations qui sera aussi une porte ouverte vers sa web série, qui décrit des aventures vécues dans cette chambre qu’il retrouve , sa chambre d’adolescent.

Un système de poupée russe, chaque création artistique de Noom nous invite dans une création nouvelle. Découvrez sans plus tarder notre rencontre avec Noom Diawara.

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.