Ismaël et Hilal, les Twins Phoenix réaccordés

phoenix

Ismaël et Hilal, les oiseaux qui renaissent de leurs cendres, ne portent pas toujours leur tee-shirt à leur nom, « sauf quand je cherche un tee-shirt blanc et que j’ai que celui-là ». Leurs voix se confondent plus que leurs visages. L’un est avachi, l’autre est plutôt bien réveillé. Il est pourtant 11h. « Longue soirée hier » et ils sont là, bien présents physiquement.

twitter-logo_2@gyousra3

Etudes

Bac S en poche, ils quittent Paris pour arriver à Rennes, fac d’arts du spectacle pour Hilal et fac de physique chimie pour Ismaël. Pause d’un an pour réfléchir, dans l’une des plus belles villes d’Europe : Londres ! Job étudiant à la clé dans un Prêt à manger, ils prennent le temps d’apprendre la langue et de côtoyer les pubs. L’extravagance les attire. Voir un punk parler à un mec en costard les fascine. De retour à Paris, ils entament une licence d’info-com à Paris 13. En parallèle, ils sont surveillants : Hilal à Paris et Ismaël à Saint-Ouen. Les élèves sont leurs premiers fans. Certains sortent « on a snapchaté de ouf », nouveau terme à la mode. D’autres les ont d’abord charriés, puis encouragés. Il aimerait avec passion faire de la musique, leur vocation. « Je n’ai pas de plan B », signale Hilal.

Musique

Passés par le conservatoire, ils ont eu une expérience de la musique dès leur plus jeune âge. « Au bout de 8 ans, on détestait le piano. Ça nous prenait notre mercredi après-midi. On a arrêté parce qu’on ne supportait pas le solfège. On s’est mis à la guitare électrique et à la basse. » La nostalgie engendre une pause. Hilal reprend : « Le piano est un bon instrument d’apprentissage. C’est un bon premier instrument pour aborder la musique. Je suis bien content d’en avoir fait, ça aide grave. » Toujours la main à portée du micro, il n’oublie pas les nombreux instruments qui les accompagnent. Avec seulement une guitare et des djembés sur scène, il imagine être porté par un chœur ou un orchestre symphonique. Pour Hilal, la voix est un instrument à part. La différence se joue sur les mots. Habitués des petites salles intimistes, la scène qui reste en mémoire est la Cigale pour le rêve réalisé d’Hilal : un groupe les a accompagnés ! Mais la musique les a-t-elle toujours accompagnés ? À 27 ans, les années lycée n’ont pas vraiment été propices à une découverte artistique. « Très aléatoire cette histoire, c’était un peu tout au long sans être tout au long ». On voit ce qu’ils veulent dire, enfin pas tout à fait. On pense à l’enfance. On part dans l’extravagance « Aller, une comptine pour enfants pour le prochain opus ».

Une Amy du tonnerre et The Voice family

Depuis les années lycée, Amy est à leurs côtés. Ils tiennent à la remercier. Elle s’occupe de tout pour eux ! Paperasse, communication, bouche-à-oreille, cachets… Elles gèrent tout. Sur les réseaux sociaux, c’est elle qui poste les nouvelles du duo. « Je ne sais pas me vendre » avoue Ismaël. Mais Amy, la «managirl», est là ! En participant à The Voice, l’influence de la page Facebook a augmenté rapidement. Il faut répondre à tous avec un délai restreint et ce n’est pas évident. Mais ils ne sont pas seuls à être propulsés ainsi. Les copains de The Voice n’entrent pas en compétition. L’idée est de promouvoir l’ensemble des artistes talentueux. Ils se retrouvent souvent en soirée, même sans jouer, pour passer du bon temps. Une compo avec d’autres artistes ? « Pourquoi pas, il faut juste tomber d’accord » souligne Ismaël. Ils se rappellent « Ça fait longtemps qu’on n’a pas pris le temps de création. On ne prend pas trop le temps de faire de sorties culturelles non plus ».

Engagement

Une association en tête ? La leur : « Elle a pour but de promouvoir Twins Phoenix. : t’es obligé d’avoir un cadre juridique ». Ils ont en tête Feed the worl, l’Assospikante et Asso en cœur. Les concerts caritatifs sont nombreux pour ces jeunes artistes. Un engagement politique dans les compositions ? Hilal « On essaye d’éviter la politique. Tu es obligé de la suivre parce que c’est la merde. Ça m’a déçu. » Ismaël complète « On a toujours un parti-pris, on a toujours cette position qui est prise, on n’est pas engagé, mais on est toujours politisé. » Il nous manque Coluche, répond finalement Hilal avec insistance.

Une sensibilité artistique

Le dernier livre lu : La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, oui ils se partagent même les livres

Le son du matin : Le son de la douche ! Étrangement, il écoute très peu de musique en se levant. Leur lieu de travail est tout près. Ils n’ont pas le temps d’apprécier. D’où vient l’inspiration ? Ce sont généralement les copains, en soirée ou lors de prestations, qui choisissent pour eux. Mais aujourd’hui, la musique est partout : métro, pub sur YouTube, dans les magasins…

Le dernier film : Le premier film d’Orelsan. Pour Hilal, le délire est là. Ismaël est un peu réticent sur l’action. C’est un film amateur après tout. Mais ce sont de grand fans de séries. Ça permet de mesurer son temps.

La dernière expo : Ce n’était pas bien loin. Au collège Jacques Prévert, les élèves ont exposé leur travail sur Saint-Ouen pour financer un projet.

Le dernier album écouté en entier : Celui d’Ed Sheeran. Il est fort, il tient bien en haleine.

Un pays à visiter demain : Pour Ismaël, ce sera d’abord l’Amérique latine, le Canada et le Mexique. Hilal propose d’aller au Canada, dans un restaurant mexicain, avec un artiste qui chante japonais. Tout-en-un !

C’est l’heure du cours de chant ! Ils rejoignent une proche de leur sœur, dans l’immeuble d’à côté.

Yousra GOUJA

 

Vous pouvez suivre les Twins Phoenix sur Facebook et Twitter

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.