Xvbarbar : « Défoncer le rap à coup de bélier »

Xvbarbar, c’est la jeunesse parisienne. Une jeunesse bercée par le rap, la rue et les ruelles sombres. Le groupe de ces jeunes artistes ambitieux sortait sa mixtape « Instinct animal » en décembre. Alohanews a décide de mettre le spotlight sur le collectif le temps d’un instant, le temps d’un instinct. Présentation.

Xvbarbar ? 

Nous sommes un collectif issu du 17e arrondissement venu fracasser le rap français !

Votre premier streetclip date de 2013, qu’en est-il de la formation du groupe ? 

Il s’est fait au feeling. Nous étions XVBarbar avant de l’être en ce sens que l’on se connaît depuis de longues années en dehors de l’univers musical. Quant au groupe, il a réellement vu le jour sur un morceau avec Hayce Lemsi où on a performé comme il se devait !

Justement, quelles sont vos relations avec Hayce Lemsi et Volts Face aujourd’hui ?

Ce sont nos amis avant tout. Volts Face nous côtoie la plupart du temps. Ce sont des gars de quartiers comme nous. Au niveau du rap, chacun était là au même moment. Ils ont été médiatisés avant nous et ont pu se trouver une place dans ce « rapgame ». Hayce Lemsi a ouvert une porte, à notre tour de là défoncer…à coup de bélier (Rires).

Votre projet « Instinct animal »  est sorti en téléchargement gratuit…

C’était un réel souhait d’offrir du qualitatif au public et en même temps gratuit. On gravit des échelons de jour en jour histoire de montrer ce que l’on sait faire.

Vous avez fait un album assez trap. Pensez-vous que cette mode va durer ?

Il faut savoir que nous sommes des originals MC’s ! Avant la trap, nous étions là et avons rappé de manière conventionnelle. Si la mode de la trap s’essouffle, on sera là malgré tout. Nous sommes tout terrain !

Quelle est la moyenne d’âge du groupe ?

La vingtaine.

Malgré votre jeune âge, on ressent une certaine maturité dans vos textes…

XVBarbar, avant d’être un nom de groupe, c’est aussi un nom de quartier. Nous sommes issus des quartiers populaires du 17e. Originaires de Paris, nous avons été mis à l’écart. Quand on parle du 17e, on a l’impression que c’est que les beaux quartiers. Or c’est faux ! On a l’intention de représenter notre fief coûte que coûte et le rap est notre moyen de se faire entendre.

Si vous deviez prendre quelqu’un pour cible en particulier comme l’indique un de vos titres ? 

Le président de la République ! Il fait un tas de promesses, mais ne les tient jamais ! Il fait profil bas lorsqu’il s’agit de parler des quartiers défavorisés qui sombrent dans l’oubli. Et le rap français aussi ! C’est devenu du n’importe quoi ! Il y a des mecs qui sont là depuis des lustres et ne veulent pas lâcher le steak. Ne vous inquiétez pas, on arrive !

 

Propos recueillis par Nikita Imambajev

Présentation du groupe en photos inédites (Crédits : Ihsen TLILI)

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

2 Réponses

  1. Hanane Alaoui dit :

    Quelle magnifique mentalité d’entraide, de compréhension mutuelle et de bienveillance ! Je crois qu’il faut répéter avec Jean-Paul Sartre que le rap est un humanisme.

    Tout le contraire des animaux qui défendent leur « territoire », leur « fief », et qui exterminent « à coup de bélier » tous ceux qui auraient l’audace d’y pénétrer.

    Ca fait envie, cette interview, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.