Le printemps arabe, le réveil d’une jeunesse oubliée

781441_manifestation-yemen

Depuis plusieurs décennies, les populations arabes mueraient sous le silence, comme un volcan n’attendant qu’un appel pour jaillir. C’est alors qu’un vent nouveau souffle sur le Moyen-Orient et lui permet de sortir de plusieurs décennies de somnolence;  le réveil arabe a enfin lieu. En effet, depuis plus de deux ans et demi, le monde arabe est traversé par de multiples conflits et des violences sans précédent. La source de ces revendications n’est autre que l’immolation d’un jeune tunisien qui se poursuivra, quelques jours plus tard, par des troubles touchant de nombreux autres pays arabes. En effet, l’étincelle tunisienne, comme souvent surnommée dans les médias, conduira à un effet domino qui entrainera toute une série de violentes protestations qui aboutiront à ce mouvement connu sous le nom de Printemps Arabe.    

La Révolution du Jasmin débute le 17 décembre 2010, lorsqu’un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi – jeune diplômé, mais sans emploi-, s’immole par le feu à Sidi Bouzid suite à la confiscation de sa marchandise par les autorités tunisiennes. Une série de manifestations guidées par la jeunesse prennent alors naissance, ne cessant de s’amplifier de jour en jour.

D‘autres manifestations s’en suivent dans tout le Maghreb, la plupart initiées par des jeunes par le biais l’intermédiaire des réseaux sociaux. Parallèlement, le Yémen, la Jordanie, le Bahreïn, la Libye, la Syrie sont touchés par la même fièvre révolutionnaire. Bien que les contestations populaires ont été et sont encore d’ampleur et d’intensité différentes, toutes reposent sur les mêmes souhaits : un départ des dictateurs et l’instauration d’une démocratie, une amélioration des conditions de vie, un partage des richesses plus « démocratique », des emplois, un développement personnel, entre autres. Cependant, c’est surtout en Égypte que la vague révolutionnaire va  violemment s’abattre.

En effet, la révolution égyptienne aussi surnommée Révolution du Papyrus, ou encore Révolution du Nil commence lorsqu’un groupe de jeunes activistes égyptiens, connectés par les sites de netwoking appelle à « un jour de rage » : le 25 janvier 2011. Ainsi, demandent-ils à leurs partisans de se rassembler sur la place Tahrir, devenue aujourd’hui le véritable symbole de la révolution égyptienne, avec pour seul but de formuler des doléances et d’exprimer leur colère. Près de 50 000 manifestants répondent à l’appel au Caire et à Alexandrie. Dans les semaines qui suivent, une série de manifestations s’enchainent proclamant une seule exigence : la démission immédiate du président Moubarak qui aboutit le 11 février 2011.

Que ce soit en Égypte ou en Tunisie, les populations des deux pays respectifs étouffaient sous les structures de l’ancien régime. En effet, les conditions de vie- économiques et sociales-  étaient devenues très rudes. Sur le plan économique, les deux pays connaissent un taux de chômage très élevé alors que la population est très jeune et relativement bien éduquée (surtout en Tunisie), et le prix des denrées alimentaires connait des hausses fréquentes, causes premières d’une misère qui ne cesse de s’accroitre. Sur le plan social, les régimes autoritaires de ces deux pays sont surtout marqués par la corruption, une neutralisation politique, une décadence des valeurs et des comportements, une hausse de la criminalité… Bref, autant de causes qui ont nourri le sentiment d’injustice qui a poussé des centaines puis des milliers de personnes à manifester leur colère et leur frustration.

Young, wild & free

C’est ainsi que cette nouvelle jeunesse dynamique et active vient contrer l’idée reçue selon laquelle les jeunes sont indifférents et peu soucieux par le fait politique. Car c’est spontanément, sans leader et encore moins d’encadrement politique qu’ils sont parvenus à renverser les dictateurs qui s’accrochaient au pouvoir depuis 23 ans (Ben Ali) et 30 ans (Moubarak). Bien qu’elle n’ait pas été la seule actrice, cette jeunesse arabe a décidé de se placer aux premiers rangs des protestations. De plus, les événements du Printemps arabe ont permis de montrer une nouvelle facette des réseaux sociaux. Bien plus que de simples plateformes d’échanges, ceux-ci se sont transformés en de véritables vecteurs d’information, permettant l’accélération des évènements. En effet, plus que toute autre révolution, jamais la capacité de mobilisation des foules et des populations autour d’une ambition n’avait été aussi rapide et marquante. Car si les problèmes sont les mêmes depuis plusieurs années, les moyens de communication de l’époque n’auraient pu permettre un tel rassemblement de rues étant donné que Facebook ou encore Twitter sont des canaux d’informations beaucoup plus difficilement contrôlables que les médias conventionnels.

Aujourd’hui, la page de la révolution n’est toujours pas tournée. L’Égypte, pays le plus peuplé du monde arabe avec plus de 80 millions d’habitants, fait face à de nouvelles émeutes et à une instabilité persistante qui repose sur une économie handicapée, un chômage en hausse et une chute de sa monnaie nationale. Partagés entre les espoirs et les craintes de l’avenir, c’est en puisant dans leur besoin de réussir et dans leur volonté de changer les choses que ces « nouveaux activistes » tentent de préparer (doucement) les bases d’une nouvelle société dans laquelle ils aimeraient vivre et où le prix de l’échec ne serait plus payé par les jeunes… 

 

Chaïmae Ouaret

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.