[OPINION] Aujourd’hui, je me choisis

Artem Bali
© Artem Bali / Flickr

Avant, je pensais que j’existais par le fait d’être « la fille de », « la copine de », « la prof de », mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, j’ai pris le pari risqué et osé d’exister par moi et pour moi.  

Mais qu’il n’est pas si simple de se choisir dans un monde où presque tout est fait pour nous faire perdre notre identité. Il est tellement plus simple et confortable de se calquer sur les autres, sur ce qu’on veut nous faire croire et sur ce qu’on attend de nous.

Prenons l’exemple d’une phrase que l’on entend tous les jours ou presque « j’ai trouvé ma moitié ». Cela peut paraître si joli, mais lorsque l’on y réfléchit vraiment, n’est-ce pas dommage ? « Trouver sa moitié », comme si l’on naissait incomplet. Comme si ce que nous étions, homme ou femme, ne se suffisait pas à lui-même. Comme si nous attendions que cette personne vienne nous compléter pour être enfin soi. Quelle pression pour cette « moitié » et quelle pression pour les personnes célibataires !

Quel temps perdu aussi à attendre désespérément que notre moitié vide soit enfin comblée. Quel temps gâché et quelle énergie dépensée à vouloir trouver, parfois à n’importe quel prix, LA bonne personne. Cela conduit à des situations dramatiques où l’on se retrouve coincé dans un couple qui ne nous satisfait pas, tenus par la seule peur de se retrouver à nouveau incomplet.

Et si cette autre « moitié » que nous recherchons tous n’était finalement que nous-même ? Si au lieu de nous concentrer sur la recherche d’une personne censée nous compléter, nous essayions de nous compléter soi ?

Se choisir n’a rien d’égoïste, c’est un geste d’amour envers soi. Nous donnons tellement aux autres, nous leur dévouons un amour inconditionnel dans le fol espoir de ramasser de temps en temps quelques miettes qu’ils veulent bien nous laisser.

S’aimer soi, c’est un amour durable et c’est pour toute la vie.

Ne pas en faire un pari, mais une promesse. Se choisir chaque jour. Ne plus faire de courbettes pour ne pas finir seul ou pour être entouré. Il n’est jamais trop tard pour se choisir.

Apprendre à s’aimer, à aimer ce corps que l’on nous a donné, à l’accepter avec ses qualités et ses défauts, à l’écouter aussi. À écouter les nombreux signaux qu’il nous envoie lorsqu’il est en souffrance ou qu’une situation lui déplaît. À lui donner du repos lorsqu’il est fatigué, à taire nos pensées négatives qui lui font courber l’échine.

Apprenons à choisir notre dignité et notre fierté, à concentrer notre énergie sur nous-mêmes, à chercher la lumière en nous et non pas dans le reflet que les autres nous renvoient de nous.

Si nous y parvenons, bien qu’une vie ne soit pas suffisante pour y parvenir vraiment -ou peut-être est-ce un travail de tous les jours ?- si nous rencontrons quelqu’un, cette personne ne sera qu’un supplément, un bonus, à notre vie déjà complète et merveilleuse. Quelqu’un qui nous aimera pour nous, pour ce que nous sommes, pour les goûts que nous avons, pour les passions que nous pratiquons et pour les choix que nous faisons. Pas quelqu’un qui nous aimera pour ce qu’il voudrait que l’on soi, qui essayerait de nous changer et de nous modeler en un être répondant à toutes ses envies.

Nous sommes nés pour vivre une vie merveilleuse. Une vie faite de rêves, de projets, d’ambition. Une vie passionnante, cultivée, amusante et folle. Une vie qui nous plaît et dans laquelle nous nous sentons pleinement satisfaits. Si le temps nous est compté, faisons le choix de prendre notre vie en mains. Façonnons-la et faisons-en l’œuvre dont nous sommes les plus fiers.

Alexia Zampunieris


Alexia vient de publier son nouvel ouvrage intitulé « Mademoiselle cherche le soleil » aux Editions Chloé des Lys à découvrir ici

Alexia Zampunieris

Alexia Zampunieris

"Une femme libre est exactement le contraire d'une femme légère." Alexia a la liberté pour seul combat.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.