Qui peut prétendre faire du rap sans prendre position ?

Impossible de passer à côté de l’actualité gazaouie. L’opération « Bordure protectrice » entamée par l’armée israélienne émeut toute la blogosphère. Soutiens, indignations et débats animés bouillonnent dans la marmite des réseaux sociaux. Le milieu du rap n’exclut pas cette effervescence. Et lorsque l’on parle rapgame, Booba n’est jamais très loin.

Avant de commencer, j’aimerai zapper le volet Tariq Ramadan VS Booba. Cet épisode me dépasse encore et je soupçonne qu’une faille temporelle se soit glissée dans l’actualité. Quoi qu’il en soit, je n’aborderai pas cet échange qui, pour ma part, est encore à éclaircir.

Rappelons les faits. Booba, également appelé le Duc de Boulbi, ouvrait le bal des polémiques par le biais de son compte Instagram dans la nuit du vendredi au samedi. Voici ses propos qui lui ont valu un fleuve de reproches de la part de la toile :

Booba

L’artiste annonce le son de cloche. Source : Instagram de Booba.

KennedyLa suite se veut réactionnaire. Il n’y a pas que des internautes lambda qui ont exprimé leur mécontentement. Plusieurs activistes du rap aussi n’entendent pas de la même oreille la mélodie de l’artiste. Kennedy, celui qui avait autrefois collaboré avec Booba sur l’album « Ouest Side » sorti en 2006, allumait les réverbères sur Twitter. Depuis, les sorties médiatiques d’artistes reconnus surenchérissent, et la zizanie monte en flèche tel des Air Jordan sur Ebay portés par la légende des Chicago Bulls. Kennedy, Mokless, l’Algérino (et sans doute d’autres rappeurs moins connus encore) sont « d’humeur palestinienne ». Néanmoins, leurs invectives outrepassent leurs prises de position par rapport à la situation au Moyen-Orient et viennent ostraciser le rappeur originaire du 92.

En fouillant la twittosphère, je suis également tombé sur quelques mots de Médine. Lui, au moins, a un sens de l’humour. En reprenant des lyrics anciennement chantonnés par Booba sur le morceau « Destinée » suivi d’un hashtag « CourageFuyons », le poète havrais laissait ouïr son avis sur la question.

Medine

2ème tweet en référence aux déclarations de Booba (qui déclare être ni pro-palestinien ni pro-israélien)

Toutes ces publications à l’encontre du pilier du rap français viennent relever un débat devenu poussiéreux. L’essence même du rap était surtout de reprendre le flambeau du rock dans sa dimension rebelle et revendicatrice. Deux décennies en arrière, la street crédibilité résidait dans la résistance et l’esprit antisystème. Mais ça, c’était avant. En 2014, avec la globalisation du mouvement, chose très positive pour l’expansion de la culture, les fondations anticonformistes et engagées sont remises en cause. Quelle devrait être la marge de manœuvre d’un artiste urbain aujourd’hui ? Peut-on prétendre faire du rap sans prendre position ? Qui ne dit mot consent ? RAP comme « Rimes anticonformistes positives » ? Ou RAP comme « Rien à prouver » ? La porte est ouverte à tous les commentaires.

Dernièrement, un tweet de Dosseh, artiste d’Orléans, m’a secoué la caboche pour engager une argumentation sous un autre angle de vue :

DossehLes frasques antérieures dignes de magazines people nous le prouvent : lorsque l’on cite Booba, on fait la une. Les incidents avec La Fouine, les accrochages avec Kaaris, les clashs avec Sinik (quelques années en arrière), tous faisaient partie du tourbillon « buzz ». Alors, la suspicion a lieu. Surtout dans une ambiance aussi émotive que celle-ci, pourquoi certains rappeurs ne vogueraient-ils pas sur cette tendance pour faire parler d’eux ? Ou simplement de régler leurs comptes avec leur antagoniste, car « c’est le moment, c’est l’instant » ? Là aussi, une brèche se fraye. Quoi qu’il en soit, d’abord les médias spécialisés (nous y compris), puis les canaux traditionnels dégainent leurs micros et calepins pour parler du rap… à leur manière soigneusement parfumée à la stigmatisation des adeptes d’une musique issue des quartiers populaires.

Pour en conclure, j’aimerais également remarquer le sens profond de ces comportements. Pendant que Kennedy et Booba s’embourbent dans un combat d’égos, est-ce que cela fait avancer le schmilblick du cataclysme palestinien ? En alimentant cette polémique, sommes-nous en train de participer à un glissement vers une instrumentalisation médiatico-fanatique des évènements en oubliant le socle des revendications qui est la justice à Gaza ? Comme dirait Kery James : « le constat est amer ». Au plus grand dam de la cause palestinienne.

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

5 Réponses

  1. Sankara dit :

    Quel grand courageux ce petit ourson! En période de paix apparente, nos cerveaux broient du vide, cherchent de la distraction pour fustiger cette sensation de vide et sont prêts à accueillir n’importe quel bruit aux relents pseudo caillera pour du bon hip-hop pourvu que les artifices soient efficaces (c’est le seul savoir faire du p’tit ourson tout dans la com pseudo alternative). b2o nous renvoie une image de nous même nous regardant dans la glace et essayant de s’trouver beau car le monde ne nous offre rien à voir (du moins c’est ce qu’on nous a fait croire). Certains sont même prêts à vendre l’endroit de leur dos qui ressemble le plus à la lune à des animaux comme le p’tit ourson (c’est sans doute d’ailleurs le sens de son pseudo « baise de zoo » que je viens seulement de comprendre. Mais quand ça s’envenime, que la cruauté du monde n’est plus possible à esquiver du regard (dixit Gaza) le masque des imposteurs s’effrite en beaucoup moins de temps qu’il n’a fallu pour le mouler, en façonner le moindre recoin mensonger. b2o dans un reniement même pas assumé a à faire au réveil de la conscience des lascars dont beaucoup étaient ses fans et là c’est plus dur à bluffer (en plus quel mépris avec l’allusion au cap secrétariat dont 99,9% des bénéficiaires ont un sentiment de ce qui est juste plus affiné que le sien).

    Je te rejoins fréro de Marseille (?) Mo13in quand tu dis qu’il était persuadé que ses fans le suivraient en enfer sauf que eux ont une conscience et entre un peuple qui se fait massacrer et baise de zoo leur choix est en train de se faire et pas au bénéfice de celui pour qui malheureusement la gonflette et les produits dopants n’agissent pas sur les muscles du cerveau (qui n’en est pas un je sais c’était juste pour la vanne).

    Que ceux qui pensent que b2o fait du rap n’ont qu’à (ré)écouter Public enemy.
    Heureusement que b2o n’existait pas au moment de la traite des noirs il aurait refusé de prendre parti entre les esclaves et leur négrier. Quand j’pense que même Stéphane Bern avait déclaré qu’il ne remettrait pas les pieds en israël tant que les territoires occupés ne seraient pas rendus aux Palestiniens. Ca fait quoi b2o d’être moins radical que le cireur de pompe des aristocrates. Reconvertis-toi en pigiste à Gala t’as des compétences au moins pour ça.

    Je signale que mon propos est purement un réquisitoire contre la lâcheté déguisée en neutralité et que celle-ci n’a pas de couleur de peau ni de religion. Je suis Arabe et je me sens 10.000 fois plus proche de Michèle Sibony de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) ou de Mandela (qui déclarait « Notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens » ou encore « Tout discours sur la paix restera creux tant qu’Israël occupera un territoire arabe ») que des Multimilliardaires saoudiens koweitiens et qataris qui soutiennent cet ordre mondial puant et se méfient plus de leurs peuples à qui ils volent les richesses que de leurs alliés US et européens.

    b2o toutes mes condoléances (tes derniers twitt pédants ont creusé ta tombe artistique).

  2. Sankara dit :

    Pas entièrement d’accord avec toi et ton article Nikita Imambajev. Peut-être que cette ébullition réinterroge le rap et commence à faire un état des lieux de ce que certains en ont fait b2o en tête: une pompe à fric qui catalyse la rage légitime des quartiers populaires pour la réduire à un petit style de vie pseudo caillera un égo trip exécrable. Rage que ces opportunistes remballent quand elle devient légitime face au massacre d’un peuple. Au même titre que les sportifs noirs américains (Mohamed Ali, Tommie Smith celui qui lève le poing sur le podium des jeux olympiques de 1968 en guise de protestation contre la répression des mouvements noirs) qui ont réinterrogé leur sport poussé par la montée en puissance des mouvements anti-ségrégationnistes. Face à cette réalité qu’ils ne pouvaient nier qu’en insultant tous ceux qui les applaudissent et en insultant leur propre personne ils ont compris qu’ils ne pouvaient plus se cacher derrière leur seul statut d’athlète ou de boxeur à moins d’accepter sous le prétexte de neutralité (imaginez un instant le grand Mohamed Ali déclareer qu’entre les partisans des KKK et ceux des Black Panthers il préférerait rester neutre…) d’être des pantins rageux quand tout est calme et mielleux et neutre quand il faut faire face à l’injustice.

    Il y a sans doute de l’opportunisme dans ce remou médiatique mais c’est un effet collatéral et ne parler que de ça dans ton article c’est analyser le superflu au détriment de l’essentiel qui est sur la question du rap la scission mise en lumière entre un rap renouant avec ce qui est son essence la protestation et une musique de variété aux habillages rap. b2o devrait recontacter tf1 pour s’inviter une 2è fois à la star academy en chanteur de variété il y sera reçu avec les honneurs et pourra exprimer toute sa neutralité créative.
    Le Modem de Bayrou attend sa demande d’adhésion.

  3. Je suis d’accord avec toi « Sankara ». A travers l’article, j’essaie de ré-interroger l’essence du rap même. A savoir qu’à la base, ce mouvement était un mouvement contestataire et par essence « marginal ». Toutefois, rien qu’à voir les différents visages qu’à pris le rap aujourd’hui, on peut s’apercevoir que le rap d’hier porte fébrilement l’actuel à bouts de bras. Je questionne implicitement l’évolution du mouvement. Est-ce négatif pour autant ? C’est là où je voulais qu’un débat ait lieu. La seconde partie de l’article repose sur la récupération des activistes du rap. Un second débat. Sachant que Booba est devenu, à lui tout seul, un vecteur de communication à part entière à mon sens, je pense que la suspicion est de mise.

  4. Par ailleurs, tu as carte blanche pour une tribune sur notre site, si l’envie te prend.

  5. Sankara dit :

    Merci Nikita. Si ma diatribe anti b2o n’est pas trop indigeste voici le billet d’humeur que j’aimerais publier en guise de tribune:

    b2o n’a pas chanté que des merdes… il en a aussi confectionné (ses bouts d’chiffon unkut).

    Bon en préambule j’trouve que b2o c’est du sous rap, une expression de sous culture dans laquelle les dominants aiment nous voir remuer… bref du rap dépolitisé, vidé de sa substance d’ou le flow dépressif et narcissique du naze. Mais bon ce n’est qu’un jugement artistique et les goûts et les couleurs ça ne se discute pas.

    Les coups et les douleurs en revanche…

    Faut pas en vouloir à b2o dans sa réaction épidermique, il réagit avec sa mentalité d’épicier (comme quand gamins on chourrait dans la superette du coin et que ça rendait hystéro le gérant) et se rappelle que la prise de conscience politique c’est pas bon pour le biz’ness. Alors il demande à ses clients… euh pardon ses fans de se taire, de faire la queue à la caisse de son supermarché et d’acheter ses bouts d’chiffon unkut et ses mauvais sons. b2o c’est donc une épicerie et celui qui pense dans une épicerie c’est le comptable et le comptable il lui a dit que les ventes risquaient de chuter si il insultait les élans de solidarité de sa clientèle et si il sommait ses clients de choisir entre lui et un peuple qui subit un massacre il risquait de passer à la trappe. Eh oui b2o le peuple palestinien c’est pas LaFouine et face à un rival minuscule tu peux paraître un peu moins petit mais face à un peuple qui lutte pour sa liberté sous les missiles tu pèses que dalle! Le masque de b2o est tombé et beaucoup de ses fans aperçoivent son vrai visage qui est davantage celui d’un épicier qui commerce des sapes pas terribles et des sons pas audibles que celui d’un rappeur, d’un bad boy. Lui a le droit d’exciter les lascars quand aucun contexte ne vient rendre plus méchant que ça ses propos « mange pas d’pierre comme à Gaza » il joue le fauve mais c’est un fauve en cage belles griffes, crocs acérés mais derrière des barreaux tout juste là pour faire kiffer la foule. Il est bien rétribué pour ça pas de souci il palpe tout comme le lion du zoo de Vincennes qu’à pas à se soucier de chasser car l’employé du zoo lui ramènera de bons gigots. Mais tout repu qu’il est il vaut pas mieux qu’le dromadaire d’à côté il est là pour amuser la galerie éventuellement pour donner quelques sueurs froides aux p’tits bourges qui dès qu’les premiers poils se seront hérissés se rappelleront qu’il est en captivité et qu’y a rien à craindre. Bref la signification réelle de b2o est donnée par les tenants de ce système qui aime ce genre de guignol qui les a aidé à déminer le rap de l’intérieur donc b2o ce n’est rien d’autre que bête de zoo.

    b2o ne réagit ni en feuj, ni en renoi, ni en rebeu, ni en muslim c’est juste un épicier, un commerçant de bas étage, un mec qui a besoin d’une clientèle sans conscience mais avec un porte-monnaie. Y’a des muslims (une p’tite poignée mais plein aux as et influente) qui vendent leur famille pour traficoter avec le colonialisme israélien, des dirigeants qataris, saoudiens etc… qui cumulent les milliards et pratiquent l’esclavagisme à l’égard d’autres muslims comme des Pakistanais. C’est pas une question de race ou de religion mais de classe et de pognon. b2o dixit le grand Malcolm-X c’est le nègre de maison celui que les puissants apprécient parce qu’il réduit la conscience du peuple à son appétit de consommateur. b2o il est juste très mal car son arrogance l’a aveuglé et il s’est crû dans nos cœurs plus beau qu’un peuple qui lutte sous une pluie de missiles. Faut prendre modèle sur Madiba le combattant (Mandela) qui déclarait que le peuple sud-africain ne serait pas libre tant que les Palestiniens subiront le colonialisme. Et Mandela n’était ni Arabe, ni Musulman. Ou encore l’ex leader des Pink Floyd (que j’écoute pas le rock à part Jimi Hendrix c’est pas mon truc) qui écrit une lettre ouverte dans les médias à un autre chanteur Neil Young qui avait prévu puis reporté des concerts en israël, lettre dans laquel il l’invite (je cite) « à ne pas franchir la ligne rouge » et à ne pas légitimer un régime colonial d’apartheid qui enferme dans un ghetto les Palestiniens. » Donc frangin la Palestine, comme l’Afrique du Sud, comme les Antilles colonisées, comme la Grèce dépouillée, comme les enfants chinois qui construisent nos iphone et nos airmax, comme le Mali qui subit l’agression militaire française comme le peuple tunisien qui a brisé les chaînes de benali, comme le peuple algérien qui s’est battu pour son indépendance, comme les Juifs (que je distingue des sionistes) qui ont subi un génocide… ça concerne l’humanité toute entière et tous les gens qui ne prostituent pas leur âme pour un peu de confort. b2o c’est un sous-produit du système basé sur le pognon mais comme ses maîtres le rémunèrent grassement il ne s’en rend même pas compte. Il a eu un sursaut de prise de conscience quand ses fans se sont réveillés et qu’il a flippé qu’on utilise ses réseaux sociaux qui lui servent à commercer ses merdes pour s’exprimer politiquement. C’est la honte des renois, un vrai bounty (noir à l’extérieur, blanc à l’intérieur) mais bon les renois ils ont Mandela, Angela davis ou Mohamed Ali et rien que ça ça fait oublier toutes les baltringues comme b2o (bête de zoo).

    Ironie de l’histoire: b2o a bâti son empire commercial sur de la comm et va voir cet empire s’effondrer sur une maladresse de comm. Comme tous les être humains qui se croient invincibles (toute l’image qu’il se construit de lui-même et à laquelle il s’est mis à croire), il est vicime de sa vanité. J’ai compris que le vent avait tourné quand dans l’quartier avec mes potos (on est des jeunes darons donc à la cool) on observait des plus jeunes (mon neveu et ses potos tous préados genre 13 ans de moyenne d’âge). Y’en un qu’est sorti avec son t-shirt unkut et il s’est fait tellement taillader en vannes de tous les côtés qu’il est parti se changer 30 minutes plus tard. Toute la puissance de comm de b2o va se retourner contre lui. La signification d’unkut va passer de « beau gosse / bad boy » à « harki ». b2o va expérimenter le parallélisme des formes inversées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.