Quand Charles Michel instrumentalise les cultes et la laïcité pour couvrir Jambon

Notre Premier ministre, Charles Michel, a décidé de réunir au grand complet les représentants des cultes reconnus et de la laïcité organisée ce mercredi 20 avril 2016. Il a demandé que tous se distancient du « terrorisme », de « l’intégrisme », de la « radicalisation » et des « prêcheurs de haine ». Déjà le 15 janvier 2015, le même Premier Ministre avait réuni, en présence de son Ministre de la Justice, les cultes au grand complet pour envoyer le message fort : rassurer et construire le vivre-ensemble. Déjà à ce moment-là, une déclaration commune rejetant le “terrorisme”, l’”intégrisme”, le “radicalisme” et les “discours haineux”.

twitter-logo_2@Hajib10

Pourquoi maintenant alors ? Et bien il faut savoir qu’au même moment, un membre de son gouvernement se faisait cuisiner par des parlementaires sur des propos pour le moins inacceptable qu’il a proféré publiquement. Ce monsieur, c’est Jan Jambon, Ministre de l’Intérieur qui a dit qu’ «une partie significative des musulmans ont dansé suite aux attentats du 22 mars».

Ni angélisme, ni amalgame

Suite à ces propos, le Premier Ministre a été interpellé par quasi tous les médias et il s’était fendu d’une réponse qui n’a rien arrangé “Ni angélisme, ni amalgame”, disait-il tout en reconnaissant qu’ “il s’agissait d’actes provenant de personnes minoritaires, et il ne convient pas de faire des généralisations », une façon quand même de montrer qu’il n’était pas tout à fait d’accord avec son Ministre.

Vu le peu de clarté de ses propos, il s’est lancé dans un deuxième acte, relevant d’une mise en scène, cette fameuse réunion avec les cultes face caméra. Ce fut une opération de communication suite à cette polémique qui enfle…. En effet, si Jan Jambon – au même moment sur le grill – s’en sortait difficilement, et bien, le Premier Ministre envoyait une image de rassemblement. Le problème, c’est que personne n’est dupe, ni les représentants des cultes qui ont accepté de « jouer le jeu » (quand vous recevez une invitation du Premier Ministre, j’en connais peu qui n’y réponde pas par l’affirmative), ni la population, ni la classe politique qui en dehors du Vlaams Belgang et la NVA a reconnu le caractère inapproprié, voire dangereux de ses propos.

Une déclaration d’unité… à contrepied des actions du gouvernement

Lors de cette rencontre, un texte a été présenté à la presse et il convient de revenir sur ce document qui a été signé tant au nom du gouvernement qu’au nom des représentants des cultes reconnus et de la laïcité.

Premièrement : «Nous devons éviter de tomber dans le piège tendu par les terroristes visant à monter les citoyens les uns contre les autres. Nous devons éviter toute forme d’amalgame et de polarisation. » Lire cela au moment où votre Ministre de l’Intérieur est justement en train de s’expliquer sur des propos haineux qui sont à la fois dans l’amalgame et dans la polarisation, c’est pour le moins incohérent.

Deuxièmement, en dénonçant le repli identitaire, le communiqué prône une société où «chaque individu est respecté et respecte l’autre. Et où le radicalisme doit être combattu sans relâche et sans ambiguïté ». De qui se moque-t-on ? Les propos de Jan Jambon sont précisément de nature à manquer de respect et à mettre de l’ambiguïté en amalgamant une communauté à une extrême minorité qui a eu des comportements stupides et imbéciles.

Troisièmement, ce communiqué contient une promesse, celle d’un «engagement permanent et incessant de lutter contre la haine, l’extrémisme et le radicalisme violent. ». C’est risible qu’un gouvernement parle d’un engagement permanent et incessant à lutter contre la haine, quand un Premier Ministre n’est pas capable, dans le moment même de reconnaitre voici quelques jours la haine propagée par les propos de son Ministre de l’Intérieur.

Principe de laïcité politique, femmes, discriminations….

Sur la forme, les principes mobilisés dans cette déclaration sont tout à fait louables mais à nouveau, leur analyse au regard des actes du gouvernement sont interpellants. Trois exemples concrets.

– Séparation de l’Église et de l’État : dans un pays multiculturel et multiconfessionnel, l’Église ne représente pas la seule autorité religieuse. La pluralité doit s’exprimer dans ce principe aussi.

– La lutte contre les discriminations : sur ce point, le gouvernement doit mettre en place le plan interfédéral de lutte contre le racisme et les discriminations

– L’égalité entre hommes et femmes : comme l’indique la photo ci-dessus, la gente féminine brille par son absence…

Serrons les dents… et serrons les rangs


Il y aura ensuite une succession de propos visant à appeler à l’unité, au rassemblement, au fait de “serrer les rangs”, à agir contre une réalité… mais tous ces propos n’ont plus de crédibilité dés l’instant où l’actuel Premier Ministre n’a pas eu le courage de recadrer son Ministre de l’Intérieur, pour des raisons très probables d’alliances politiques, en serrant les dents pour soutenir vaille que vaille son Ministre Jambon.

Cette déclaration d’unité (qui peut être lue ici), pour un Premier Ministre qui voudrait véritablement travailler au vivre-ensemble, ce n’est pas aux représentants des cultes qu’il aurait dû la faire signer, mais aux membres de son gouvernement avec son Ministre Jan Jambon en premier.

Hajib EL HAJJAJI

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.