Que se passe-t-il en Libye ?

Tripoli, lundi dernier : le ciel nocturne est strié d’une pluie de roquettes meurtrières. C’est la deuxième attaque qui se profère près de l’aéroport de Tripoli en deux jours. Dimanche 13 juillet des combats ont éclaté entre groupes armés rivaux pour le contrôle de l’aéroport de la capitale. Dans le même temps, la deuxième ville de Libye, Benghazi (est), a connu elle aussi de nouvelles violences, faisant au moins 7 morts et 49 blessés. La propagation du conflit n’est pas exclue. L’ONU a décidé d’évacuer son personnel du pays.

Le gouvernement libyen annonce dans la nuit de lundi à mardi 15 juillet qu’il envisage de faire appel à des forces internationales. Indéterminées pour l’heure, elles auraient pour objectif de l’aider à rétablir la sécurité dans le pays. Le pays est en proie à une escalade de violence sur fond de conflit politique et division clanique. Des tensions qui puisent leurs sources dans des problématiques nées pendant et après la révolution de 2011. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, des milices font la loi dans un pays en proie au chaos. Que se passe-t-il, en Libye ?

      • La Libye de 2011 : révolte violente et chute de Kadhafi

Un vent de révolte, venu du pays du Jasmin, secoue la Libye le 15 février 2011. Le facteur déclenchant le soulèvement libyen est l’arrestation de Fethi Tarbel, un avocat des droits de l’homme dans la ville de Benghazi (à l’est de Tripoli). Le lendemain, la ville est le terrain d’affrontements entre des manifestants qui réclament le départ de Mouammar Kadhafi, dénonçant 42 ans de dictature et la police, fidèle au régime. La répression est violente. Elle est orchestrée par les forces de sécurité, aidées par des mercenaires. En quelques jours, Human Rights Watch compte déjà 233 morts. Pour dénoncer ce recours à la violence, plusieurs hommes d’Etat démissionnent dont les ministres de Justice et de l’Intérieur.

Kadhafi annonce alors que la violence et la peur seront ses bras droits : le 22 février, au cours d’un discours télévisé il annonce une « boucherie » à l’encontre des opposants au régime, arguant qu’il va « purger la Libye maison par maison ». Alors, tout va très vite. Le même jour, les opposants au régime prennent le contrôle de l’est de la Libye, et marchent progressivement vers l’Ouest. Les combats sont meurtriers : le 25 février, le Conseil de sécurité de l’ONU dénonce près de 1000 décès. Le 26 février, 60% du territoire est sous le drapeau des opposants au régime alors que la moitié de l’armée retourne sa veste pour rejoindre l’opposition. Le 27 février, Kadhafi, isolé nationalement et internationalement, ne contrôle plus que la capitale et sa banlieue.

Le même jour, la résolution 1970 est votée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Elle prévoit la « saisine immédiate du Procureur de la Cour pénale internationale » et impose un « embargo sur les armes en direction de la Libye ». Elle prévoit de geler les avoirs, imposant « une interdiction de voyager à Mouammar Khadhafi ». La communauté internationale appuie les opposants au régime et exige le départ du raïs. Le pays est exclu du Conseil des droits de l’homme, quelques jours plus tard, le 1er mars.

Aux abords de l’aéroport de Tripoli, le 14 juillet.                    AFP/MAHMUD TURKIA

Loin d’être inactifs, cependant, les partisans de Kadhafi tentent de reprendre l’avantage sur les territoires qui sont sous contrôle de l’opposition. Début mars, le colonel décide le bombardement de Brega, une petite ville à l’Ouest de Benghazi. Sentant le pouvoir lui échapper, et le poids des menaces internationales, les partisans du régime répriment toujours plus violemment les manifestations à Tripoli, à Zawiya (à l’est de la capitale, prise par les opposants fin février). En août, Tripoli tombe, grâce à un appui décisif de l’OTAN. Le 15 septembre, une bataille décisive a lieu à Syrte, contre le dernier bastion kadhafiste. La bataille est meurtrière. Le conflit compte des milliers de morts et de réfugiés. Après deux mois d’une bataille sanglante, le 20 octobre 2011, le colonel est tué, dans sa région d’origine, Syrte. La version officielle affirme qu’il serait mort lors d’un échange de tirs croisés nourris, aux côtés de son fils Mouatassim Kadhafi. Un an après, l’ONG Human Right Watch revient totalement sur cette version dans un rapport de 50 pages intitulé « Death of a Dictator: Bloody Vengeance in Sirte » (« Mort d’un dictateur : Vengeance sanglante à Syrte »), remettant en cause la version officielle. Les violences liées à la répression de l’insurrection en Libye « ont fait 6000 morts, dont 3000 dans la seule ville de Tripoli, 2000 à Benghazi, et 1000 dans d’autres villes », a estimé le porte-parole de la Ligue libyenne des droits de l’Homme, Ali Zeidan, début mars 2011.

      • La prise du pouvoir par le CNT et le bal des hommes politiques libyens: l’instabilité du régime

Le 23 octobre 2011, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la « libération » du pays. Le conflit a fait des milliers de morts en huit mois. Loin de satisfaire aux rêves de démocratie muris par l’opinion internationale, le conflit se prolonge entre les nouvelles autorités auto-proclamées et les ex-rebelles.

Le 4 juin 2012, l’aéroport de Tripoli est pour la première fois depuis la chute de Kadhafi, théâtre d’affrontements : une milice prend d’assaut l’aéroport, bloquant le trafic pendant quelques heures, un mois après que les autorités ne délogent par la force des ex-rebelles ayant pris d’assaut le siège du gouvernement. La transition avec le régime est difficile. Alors que les affrontements perdurent, toujours aussi sanglants, les Libyens se rendent aux urnes.

Le 7 juillet 2012, ils se déplacent pour élire le Congrès général national (CGN). Le 8 août, le CNT remet les pouvoirs à la nouvelle Assemblée, présidée par Mohamed al-Megaryef. Deux jours avant le scrutin, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, a organisé un ultime vote. «Le peuple libyen est attaché à l’islam comme religion et comme législation. Par conséquent, le Conseil national de transition recommande (à la prochaine Assemblée constituante) de considérer la charia comme la principale source de la législation.» C’est le nœud d’une tension politique qui n’a, jusqu’à maintenant, trouvé aucune issue. Les libéraux, représentés par l’Alliance des forces nationales affirment être arrivés «en tête dans la plupart des circonscriptions» au détriment de son principal adversaire, le parti Justice et Construction, créé par les Frères musulmans.

Le 14 octobre, Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Kadhafi devient premier ministre avant d’être enlevé le 10 octobre 2013 pour une courte durée par un groupe d’ex-rebelles. Politiquement, le pays est au plus mal. Le CGN décide de prolonger son mandat jusqu’au 24 décembre 2014 provoquant la colère d’une majorité de la population. Ali Zeidan est limogé le 11 mars 2014 et remplacé par Ahmed Miitig, un homme d’affaires de 42 ans. Cependant, quelques mois plus tard, la justice libyenne invalide cette nomination qui était contestée dès le départ. Aujourd’hui, c’est le premier ministre sortant, Abdallah al-Theni, assure actuellement l’intérim.

Le 25 juin dernier, les élections législatives pour remplacer le CG, accusé d’avoir contribué à l’instabilité à cause de luttes intestines d’influence entre libéraux et islamistes appuyés par des milices armées. Des élections peu suivies et conclues par un assassinat ; Salwa Bougaighis, une avocate et militante des droits de l’homme, a été tuée par balle, mercredi 25 juin 2014 chez elle à Benghazi, dans l’est de la Libye.

« La Libye est désormais un incubateur de dictateurs et le peuple libyen n’a en rien profité du renversement de Kadhafi. » constate Ahmad Mahmoud, professeur de sciences politiques dans les universités libyennes.

      • Les causes du conflit actuel

10373663_916676138357878_1197749844106158836_nA l’origine, il faut mentionner que la « contagion des pays voisins » n’a fait que mettre le feu aux poudres qui nourrissaient la contestation contre Kadhafi. Chômage des jeunes, frustration sociale, manque de liberté d’expression alimentent les revendications populaires. Dans le même temps, la mainmise du clan Kadhafi sur l’appareil d’Etat irrite les différentes tribus que composent la société libyenne, qui constituaient la base du régime libyen tant que le Colonel arrivait à équilibrer leurs pouvoirs entre elles. A sa mort, les tensions claniques se sont ravivées. La soif de pouvoir s’est emparée des ambitions des différents chefs tribaux.

Depuis qu’il est au pouvoir, le CGN n’a pas réussi à rétablir une économie stable au sein du pays divisé, ni a constituer une armée forte, pouvant l’appuyer. Il a notamment échoué à lever le blocus des ports pétroliers, ce qui handicape grandement une région dont l’arme du pétrole est nécessaire pour construire une économie compétitive. Le pouvoir lui échappe et s’étiole dans des divisions politiques internes. S’ajoute à cela des affrontements idéologiques entre libéraux et partisans d’un Etat islamique.

Le 16 mai dernier, nous entendions parler de Khalifa Haftar. Il s’agit d’un général appuyé par des unités de l’armée libyenne. Il lance une opération contre les milices « terroristes islamistes » dans l’Est, où des attaques visent régulièrement forces de sécurité et intérêts occidentaux. Depuis, des affrontements quasi-quotidiens opposent ses forces aux groupes islamistes.

Dimanche dernier, ce sont des brigades islamistes qui ont attaqué l’aéroport de la capitale dans le but d’expulser les brigades de Zintan (fief révolutionnaire à 170 kilomètres de Tripoli) qui le contrôlent depuis la révolution de 2011. Les «Zintanis » accusés maintes fois de corruptions par les membres du Haut comité révolutionnaire sont considérées comme «modérées». Ils soutiennent le général à la retraite Khalifa Haftar. Le bilan est de 21 morts, 90% des avions détruits … la Libye est de surcroit un peu plus isolée encore puisqu’elle ne dispose plus que de deux petits aéroports internationaux à l’est, dont l’un n’accueille plus les étrangers.

Que va-t-il advenir du pays ? Mahmoud Jibril, premier ministre de la période transitoire (période du CNT), dresse un constat amer pour l’avenir de la politique libyenne : « La Libye est devenue un danger pour la sécurité nationale de son environnement et l’hypothèse d’une option à l’égyptienne selon le schéma Sissi n’est plus à exclure ». Au bord de la sécession, la Libye est minée par de sanglants règlements de compte quotidiens entre libéraux et islamistes. Le pays, dirigé par un gouvernement affaibli, menace aujourd’hui la sécurité d’une région déjà en proie à une forte instabilité.

Sonia Hamdi


Sources : 

  1. Un an après, la vérité sur la mort de Kadhafi, Céline Lussato (Nouvelobs)
  2. SPECIAL CRISE AU MAGHREB ET AU MOYEN-ORIENT : LA LIBYE (2000-2011),
  3. Anne-Lucie Chaigne-Oudin (Les clés du Moyen-Orient) Les dates clés depuis la chute de Kadhafi (AFP)
  4. Libye : des élections peu suivies et conclues par un assassinat (Le Monde via AFP)
  5. Comprendre les enjeux du conflit libyen, Marie Simon (L’Express)
  6. La Libye, un incubateur de dictateurs, René Naba (MondAfrique)
  7. La Libye appliquera la charia, Thierry Portes (Le Figaro)
  8. Tripoli : bataille entre brigades pour le contrôle de l’aéroport, Maryline Dumas (Le Figaro)

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.