De New York à Ferguson : Black Lives Matter

Philando Castile, Alton Sterling, Walter Scott, Sam DuBose, Christian Taylor, Freddie Gray, Michael Brown, Eric Garner. Ces personnes ont toutes un point commun : celui d’être noires et d’avoir été tuées par les forces de l’ordre US. Deux ans après les manifestations de Ferguson, la colère gronde après une énième bavure policière.

twitter-logo_2Mouâd Salhi

« Oh, mon Dieu, ne me dites pas qu’il est mort, ne me dites pas que mon petit ami s’en est allé juste comme ça…« . Ces mots sont ceux de Lavish Reynolds, compagne de Philando Castille, tué par balles par un officier de police durant un contrôle routier à Falcon Heigts dans la banlieue de Minneapolis (Minnesota). Cette dernière filme avec son smartphone la scène surréaliste. On y voit Philando Castille agonisant, son t-shirt blanc tâché de sang. Arrive ensuite un officier de police, arme pointée vers les passagers du véhicule à l’arrêt. Toujours en train de filmer, elle explique que son compagnon était en train de saisir son portefeuille pour donner ses papiers, et qu’il avait informé l’officier qu’il était en possession d’une arme et d’un permis l’autorisant à le porter. La mère de la victime a déclaré que son fils a succombé à ses blessures à 23h peu après son hospitalisation.

Deux jours avant, à Bâton Rouge, en Louisiane, Alton Sterling, un vendeur ambulant de CD noir a été tué par la police. L’intervention aurait fait suite à un appel anonyme passé vers minuit par un individu non identifié. Ce dernier aurait expliqué qu’un homme, vêtu d’un t-shirt rouge, vendant des CD devant un magasin, l’aurait menacé avec une arme à feu. L’interpellation a été filmée par un passant qui l’a directement mise en ligne. Le propriétaire du magasin devant lequel a eu lieu l’homicide a confié que la patrouille s’était montrée « agressive ». Le premier policier aurait fait usage de son taser pour l’immobiliser. Nous voyons ensuite sur la vidéo, un des policiers tirant à bout portant à plusieurs reprises sur Alton Sterling.

Le propriétaire a ensuite vu les agents de police retirer un revolver de la poche du suspect qui, au moment de son interpellation, ne semblait donc pas en faire usage. Les larmes de son fils de quinze ans ont ému la toile lorsque sa maman s’est exprimée sur la mort de son mari.

I can’t breathe

Après la décision d’un jury de New York, de ne pas inculper un policier blanc dans la mort d’Eric Garner. Plusieurs personnes se sont mobilisées pour crier leur colère face aux violences policières, les personnalités y comprises.

Ce dernier a été maintenu à terre de force. En surpoids et souffrant d’asthme, il n’arrivait pas à respirer. Il a perdu connaissance et est déclaré mort peu après. Le médecin légiste conclut à un homicide. L’équipe de Los Angeles des Lakers emmenées par Kobe Bryant a décidé de porter un t-shirt noir avec l’inscription «I can’t breathe ».

Plus récemment, lors des BET (Black Entertainment Television) awards 2016, qui récompensent aux USA les talents afro-américains, Jesse Williams connu sous le rôle de Dr Avery dans la série Grey’s Anatomy, a délivré un message fort en rendant hommage aux victimes noires des violences policières. Il a déclaré : « Nous en avons marre d’attendre pendant que cette invention, que l’on appelle blancheur use et abuse de nous » et d’ajouter «On a passé des siècles à prier, des marques plein le corps. Et maintenant, nous payons pour nous barder le corps de marques [de vêtements]». Une pétition a été lancée à son sujet pour demander son départ de la série médicale, car son discours serait «raciste contre les policiers» d’après les signataires.

Une étude menée en mai 2015 par le Washington post montrait que la police américaine avait tué plus de 385 personnes depuis le début de l’année soit un taux de 2,6 personnes abattues par jour. Toujours d’après l’étude, la moitié des victimes des tirs policiers en 2015 sont des blancs et l’autre moitié est issue des diverses minorités du pays. Par contre, le chiffre augmente quand il s’agit de victimes non armées, deux tiers sont des Noirs ou des Hispaniques. En ces temps fous, il est utile de le rappeler, la vie des Noirs compte (aussi).

Mouâd Salhi

Mouâd Salhi

Mouâd Salhi

Journaliste pour Alohanews, d'ici et d'ailleurs, passionné par la géopolitique, a un stylo comme épée et comme maître mot la justice.

à lire aussi...

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.