Travail : mal du siècle de la société postindustrielle ?

L’heure est au changement de paradigme. Raphaël Liogier, philosophe, sociologue et professeur des universités à l’IEP d’Aix-en-Provence a sorti l’ouvrage « Sans emploi : condition de l’homme postindustriel » qui invite à questionner l’homme et son rapport au travail, à la société postindustrielle. Cet essai vient bouleverser les notions et vérités que l’on croit détenir sur l’emploi, le revenu et le chômage. Alohanews revient sur les grandes lignes d’un essai qui se veut visionnaire.

twitter-logo_2Mouâd Salhi

Le plein emploi, est-ce un mythe révolu ? C’est ce qu’affirme l’auteur. L’ouvrage de Raphaël Liogier observe une évolution dans les sociétés industrielles avancées avec l’avènement du numérique qui bouleverse le monde contemporain. Au fil des précédentes révolutions industrielles, il constate que nous sommes passés d’une mécanisation à une automatisation jusqu’à une robotisation du travail. Ce dernier qualifie dans son essai que tous les métiers, dans une certaine mesure, seront remplaçables. Cela peut passer des métiers manuels comme un travail à la chaîne dans une usine à des métiers dits plus intellectuels comme ingénieur ou avocat. La spécialisation des algorithmes chez certains robots permettrait d’effectuer des tâches beaucoup plus complexes que l’homme n’en serait capable.

Selon lui, la robotisation n’est pas une tragédie en soi si elle est accompagnée. En effet, elle permettrait, d’après lui, de dérobotiser l’homme qui s’est vu devenir le prolongement de la machine lors des révolutions industrielles passées. Elle permettrait également de dispenser l’homme du travail contraint pour libérer l’activité. L’époque est au changement avec l’avènement de la société qui se meut face à l’innovation. L’Internet serait cette clé de voute dont il faut se saisir, car si, d’après lui, on laisse faire, nous pourrions nous confronter à de nouveaux monopoles qui conduiraient la société à des consortiums voire à un totalitarisme. L’Internet permettrait de rebattre les cartes d’un monde nouveau, car toute personne dispose de cet outil. Toutefois, son discours n’est pas dans une logique méritocratique qui voudrait sous-entendre que n’importe qui peut réussir, car le marché permettrait une concurrence parfaite. Pour réfuter cette idée, dans son ouvrage, à travers une métaphore, il fait la comparaison d’une course qui est composée de trois personnes: la première est à bord d’une voiture de course tandis que les autres sont à vélo et à pied. Ce système ne permet donc pas d’évaluer les capacités de chacun, car avant de commencer, les participants ne partent pas avec les mêmes outils.

Le boulot, c’est sacré !

Au milieu du 20e siècle, il constate un changement qui a inversé les normes sous l’influence de la religion catholique. Cela est d’abord passé par le vocabulaire. En effet, il affirme qu’il y a eu un glissement en termes de mots et donc de normes. Il a constaté que les termes ont évolué voire transformé une réalité, nous sommes passés de « production de richesse » à une « production d’emploi ». Il rappelle que le travail, à la base, était considéré comme quelque chose de besogneux destiné aux couches sociales inférieures. Le travail était vu comme une contrainte. L’étymologie du terme travail provient du mot tripalium, instrument de torture d’antan. La religion catholique a littéralement inversé cette norme en poussant l’homme à s’accomplir par le travail, à se faire pardonner via un dur labeur.

Depuis lors, cette sacralisation de l’emploi s’est ancrée dans les moeurs quand, dans le même temps, l’oisiveté est vue comme un pêché originel. Il ajoute même que l’emploi est devenu une « croyance » comme une autre, car certaines personnes veulent exister à travers leur travail. Des expressions « idiotes » ont notamment vu le jour et amplifié cette croyance. Il soulève des expressions comme « un bassin d’emploi » qui ne veut rien dire, d’après lui, car l’emploi serait vu comme un minerai qui se cacherait dans certaines régions et pas dans d’autres, ou « on va sauver l’emploi », où là on personnifie le terme comme s’il s’agissait d’un être qu’il fallait sauver.

Revenu d’existence pour tous

L’une des solutions que Raphaël Liogier prône pour rompre avec le salariat, est le revenu de base ou d’existence. En effet, dans son essai, il préconise que chaque individu reçoive dès sa naissance, un revenu qui varie selon son âge. L’auteur distingue trois économies. Dans l’économie de subsistance, la compétition consiste prioritairement à survivre. Dans l’économie de rareté, la compétition consiste essentiellement à se distinguer matériellement, financièrement, des autres. Dans l’économie d’abondance, la nouvelle compétition, les nouveaux jeux de distinction sont centrés sur le désir d’être.

Selon lui, cela permet d’affirmer que le revenu de base ne concernerait que les désirs de survivre et de vivre et ne conduirait pas à une société de paresseux sous perfusion comme peuvent le prétendre certains politiciens de droite. Libérées de cette épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes, d’un travail indésirable qui n’avait pour fonction que de payer les factures et le loyer, les personnes pourraient sereinement se mettre à l’oeuvre pour des activités qui les motiveront davantage. Du côté de l’aile gauche de l’échiquier politique, le revenu de base peut être vu comme une fausse bonne idée qui paupériserait davantage les classes sociales les plus vulnérables. L’auteur affirme que le revenu de base oscillerait entre 1000 € et 1800 euros par mois. Comment serait-il financé ? En remplaçant l’impôt sur le revenu par l’impôt sur le capital. Le revenu d’existence mis en place, il préconise d’abolir le droit du travail qui n’est d’après lui qu’un dispositif visant à légitimer le niveau d’aliénation autorisé avec le travail. Expéditif, il veut en finir avec ce « syndrome de Stockholm » avec le « bourreau », comprenez le patron.

Ce dernier veut également briser cette dualité qui oppose le capitalisme et le socialisme. En effet, il fustige les syndicats par exemple qui se sont empêtrés dans ce jeu de dupes qui vise à panser les plaies d’un système qui ne propose pas de réelles solutions. L’auteur prône un libéralisme réel, terme qui a été accaparé par la doxa capitaliste. Il affirme que Karl Marx lui-même se revendiquait libéral lorsqu’il prônait la libération de l’homme.

L’ouvrage est peut-être utopiste à l’heure actuelle, mais il permet d’ouvrir le champ des possibles pour imaginer une alternative au modèle capitaliste qui est à bout de souffle. Cet essai veut imaginer le monde de demain avant qu’il ne soit trop tard.

 

Mouâd SALHI

Disponible en librairie Sans emploi : condition de l’homme postindustriel, Editions Les liens qui libèrent, 2016, Paris.

Mouâd Salhi

Mouâd Salhi

Journaliste pour Alohanews, d'ici et d'ailleurs, passionné par la géopolitique, a un stylo comme épée et comme maître mot la justice.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.