Eric Zemmour, l’homme qui dérape plus vite que son ombre

Eric Zemmour a été condamné par le Tribunal de Grande Instance de Paris à 3000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans pour des propos tenus dans un quotidien italien du nom de Corriere della Sera. Une organisation a lancé une pétition afin que le groupe RTL se sépare du chroniqueur.

twitter-logo_2@NewsAloha

Le parquet avait requis 10 000 euros d’amende, mais c’est la somme de 3000 euros que le polémiste devra débourser. Eric Zemmour, chroniqueur et animateur multirécidiviste du dérapage, est habile du frein à main peut-être, mais pas de la bouche. Voici un florilège de ces dernières frasques médiatiques :

Les propos qui lui ont valu une condamnation sont les suivants : les musulmans ont « leur code civil, le Coran », qu’ils « vivent entre eux, dans les banlieues et que les Français étaient obligés de s’en aller ». Il déclarait : « Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile ».

Annabelle Phillippe, procureure responsable du dossier, a jugé ces propos « stigmatisants », car ces derniers visent la communauté musulmane dans son ensemble. Selon la magistrate toujours, le chroniqueur est « très écouté », et les propos inculpés ont pour « objet principal d’opposer les musulmans et les Français ». Par ailleurs, l’année dernière, la chaîne d’information i-Télé a arrêté la collaboration en réponse à la sortie médiatique dans le journal italien.

Le mois dernier, en pleine tension suivant les attentats de Paris du 13 novembre, Eric Zemmour n’y allait pas avec le dos de la cuillère : « Au lieu de bombarder Raqqa [en Syrie], la France devrait bombarder Molenbeek [en Belgique] ». Ce dérapage outrancier a poussé une organisation Sum Of Us à exiger le licenciement des ondes de RTL via une pétition. En une semaine, cette demande a déjà récolté plus de 17.000 signatures. Fatah Sadaoui, chargé de campagne de Sum Of Us, nous déclare que « le déclic a été cette déclaration sur Molenbeek. Dans un moment de crise, de douleur, où les gens ont besoin de se recueillir, il est intolérable qu’un chroniqueur vienne attiser les feux de la haine sur une antenne comme celle-ci. C’est la parole de trop qui nous a poussés à lancer cette pétition qui a recueilli, en un peu plus d’une semaine, un peu moins de 20.000 signatures. Avec cette condamnation, cette pétition prend davantage de sens ».

Toujours selon Fatah Sadaoui, il en est de la responsabilité de RTL de ne plus donner la parole au polémiste : « RTL est confronté à un dilemme entre les profits qui sont générés par le buzz par le fait qu’il est très écouté malgré tout et la responsabilité éditoriale d’une radio comme RTL qui est la première radio de France ». Le but de cette pétition est clair : faire pression sur RTL pour qu’elle se sépare de son polémiste : « RTL doit faire passer sa ligne éditoriale et ses valeurs avant ses profits et l’argent qu’elle amasse en congédiant ce chroniqueur multirécidiviste ».

En Belgique, sa venue pour faire la promotion de son livre « Le Suicide français » a aussi été contestée en janvier 2015. Le CCIB (Collectif contre l’islamophobie en Belgique) a contesté la venue du polémiste considérant qu’Eric Zemmour empêchait le vivre ensemble. Quoi qu’il en soit, il est essentiel de le rappeler : le racisme n’est pas une opinion, mais un délit.

 

La rédaction

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.