Pourquoi les femmes entreprennent moins au Maroc ?

Entrepreunariat féminin au Maroc
© N. Imambajev

Longtemps le rôle de la femme était de s’occuper de la cellule familiale ou encore d’exercer des métiers dits «féminins » comme infirmière ou secrétaire. Néanmoins, au cours de ses dernières années, on assiste à une croissance du nombre d’entreprises créées par des femmes dans le monde. Au Maroc, les femmes représenteraient, selon les derniers chiffres du Haut-commissariat au plan (HCP), 10% des entrepreneurs et sont surtout présentes dans les secteurs textiles ou les services sociaux. On observe également que les entreprises féminines privilégient le marché local (31%) et national (44%) et seules 21% font de l’export.

Malgré, l’augmentation de l’entrepreneuriat féminin au Maroc, les femmes rencontrent encore de grandes difficultés qui, souvent affaiblissent leurs projets les plus ambitieux.

En effet, il existe de nombreuses difficultés pour lesquelles les femmes doivent faire face. L’une des grandes contraintes est d’ordre social et culturel.

Le simple fait d’être une femme peut même les empêcher d’accéder au crédit, à la technologie, aux services d’appui. Cette difficulté financière ne facilite pas la recherche d’investisseurs de démarrages ou la croissance de la startup. À force d’être victimes de discriminations sexistes, les femmes ont peu confiance en elles et ont une image sous-estimée d’elles-mêmes, ce qui devient une réelle contrainte psychologique.

MIN AJLIKI, un programme stimulant

Selon les études présentées par l’AFEM (l’Association des Femmes chefs d’Entreprises au Maroc), le Maroc encourage l’entrepreneuriat féminin à créer de nouvelles ressources pour participer au développement économique de notre pays. L’une des initiatives est Min Ajliki, un programme belgo-marocain de soutien à l’entrepreneuriat féminin au Maroc. Ce programme est le fruit de la collaboration entre le Maroc et l’APEFE (Association pour la Promotion de l’Education et de la Formation à l’étranger), un centre d’expertise belge de Wallonie Bruxelles financé par la Coopération belge fondé en 1976.

Pour ce programme, l’APEFE a équipé avec la collaboration de l’AFEM, des incubateurs d’entreprises féminines afin d’offrir aux femmes entrepreneures un cadre agréable de travail gratuit pour une durée de 18 mois. Le programme propose également un espace de coworking, un accompagnement personnalisé, des formations spécifiques et d’un large réseau de femmes chefs d’entreprises !

Min Ajliki c’est aussi, 18769 femmes sensibilisées, 2109 femmes accompagnée, 230 entreprises créées par des femmes, 429 emplois féminins générés dans les entreprises créées

#BeMoreStartupCamp

On retrouve le programme Min Ajliki de l’APEFE ainsi que MolenGeek (espace d’idéation et de formation et un incubateur de startups innovantes) à la deuxième édition de l’événement Be More Startup Camp du 2 au 4 novembre 2018 à Oujda. Cette édition avait pour objectif de connecter l’écosystème startup marocain et belge et rassembler des entrepreneurs et mentors du Maroc et de Belgique pour un weekend d’innovation et de création.

Pour découvrir les profils de ces jeunes entrepreneuses, n’hésitez pas à regarder notre reportage réalisé lors de cet événement riche en rencontres.

(Sources principales : AFEM, min ajliki, Haut-Commissariat au Plan Maroc)

Hanane Bourakadi

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.