Molenbeek dans les médias : « la zone de guerre »

momo

Un tour sur les réseaux, c’est la panique. Un tour sur les médias, c’est la peur. Molenbeek, l’une des 19 communes de Bruxelles, devient tout à coup le « No man’s land » belge. Pendant que tous les journalistes du monde sont dans les rues molenbeekoises, un statut d’un Molenbeekois m’a interpellé. Décryptage.

twitter-logo_2@ImamNikita

aschraf

« J’ai l’impression de vivre dans une zone de guerre en lisant les médias », s’exclame l’habitant de la commune. Il affirme pourtant qu’il est en train de siroter un verre de thé. Visiblement, une manière de réfuter le sentiment de peur qui fige les esprits.  Vous qui êtes sur cet article, je vous invite à jeter un œil sur les médias traditionnels, en ce moment même de votre lecture. Pour vous faciliter la démarche, je me suis rendu sur le site de la DH, un des journaux les plus lus de Belgique. Les sujets sur Molenbeek occupent le haut de l’actualité. Rien de plus normal, dira-t-on. Toutefois, en descendant sur la page, il est possible de constater que la moitié des sujets sont consacrés à la commune bruxelloise. Les attentats de Beyrouth sont déjà loin laissant les familles libanaises endeuillées dans le silence mondial.

Molen

Revenons à nos moutons : pourquoi est-ce que les médias dessinent Molenbeek comme un terreau de l’insécurité ? Pierre Bourdieu, dans son livre, « Sur la télévision » expliquait que le principe de sélection médiatique « c’est la recherche du sensationnel, du spectaculaire. La télévision appelle à la dramatisation, au double sens : elle met en scène, en images, un événement et elle en exagère l’importance, la gravité, et le caractère dramatique, tragique ».

Le journaliste a en quelque sorte une vision formatée de la réalité sociale. Sa dépendance au marché oriente sa réflexion. Cette soumission aux impératifs commerciaux crée un mécanisme d’agenda ou, plus particulièrement, d’effet de loupe dans la sphère médiatique. Ce mécanisme se traduit par une focalisation des médias sur un événement ou un phénomène spécifique. Ensuite par mimétisme de la concurrence se produit un entraînement au sein de l’appareil médiatique. Les médias se regardent mutuellement et renchérissent à chaque fois en rajoutant une couche sur un sujet ou un phénomène traité. Des lives, des articles, des débats abondent.Dans ce cas, Molenbeek devient la vache à lait des médias. Une surenchère qui grossit l’événement ou le phénomène et finit par ne plus représenter la réalité en tant que telle.

Cette concentration de la machine médiatique est génératrice d’audience. Ce n’est donc pas parce qu’un phénomène abordé est socialement important qu’il sera traité. Les sujets suscitant la peur sont efficaces, car ils incitent au consensus et ne divisent pas l’audience ce qui permet d’avoir le plus grand nombre de téléspectateurs scotchés à l’écran.

Ces faits intéresseront le public parce qu’ils suscitent des émotions particulières. D’une certaine manière, ces réactions affectives auront tendance à élargir le public. C’est pour cette raison que les journalistes ne traitent pas un phénomène de façon plus approfondie. On vit davantage des informations instantanées qui expliquent rarement les causes et sont sujettes au risque de désinformation. Les réponses nuancées qui solliciteront le raisonnement aboutissent à une sélection dans le public. Ce n’est évidemment pas le but. Dans le cadre des informations présentes dans nos télévisions, les spectateurs réagissent par les sentiments et non par le raisonnement. Cela explique en partie des débats stériles – comme Je suis Charlie ou pas – qu’on a pu vivre ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Le public n’aime pas la nuance et cherche, à travers les médias, à avoir des réponses claires et simples. C’est dans cette stratégie que les médias mainstream vont privilégier ce qui est de nature polémique ou ce qui est de nature à susciter des sentiments forts.

La poursuite perpétuelle du spectaculaire peut créer des dérives. Pierre Bourdieu insistait sur cette logique de réussite commerciale : « Et la même recherche du sensationnel (…) peut aussi conduire à sélectionner des faits divers qui (…) peuvent susciter un immense intérêt en flattant les pulsions et les passions les plus élémentaires (…) ». Cela n’exclut en rien l’hypothèse que Molenbeek puisse être une zone fertile pour le radicalisme. De plus, les médias ne nous disent pas ce qu’on doit penser, mais ce à quoi on doit penser.

 

Nikita IMAMBAJEV

Nikita Imambajev

Nikita Imambajev

Fondateur & rédacteur en chef d'Alohanews. Convaincu que le regard d'un jeune banlieusard sur le monde peut-être une alternative. L'urbain pour étendard.

à lire aussi...

1 Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.