Des œufs à l’assaut des harceleurs en Égypte

Le harcèlement de rue fait rage en Égypte. Des jeunes égyptiens ont décidé de dénoncer ce fléau d’une manière peu académique…en écrasant des oeufs sur la tête des harceleurs.

twitter-logo_2Mouâd Salhi

Comme le montre la vidéo, les activistes tendent un piège pour humilier ces messieurs indélicats. Ils discutent, les mettent en confiance pour les inciter à se vanter d’avoir commis des attouchements sexuels sur des demoiselles dans la rue ou dans les transports en commun. Et c’est seulement au moment des aveux que les militants leur cassent un oeuf sur leurs ganaches. L’un d’eux pour se moquer du harceleur assène : « Les oeufs c’est bon pour la peau, les filles te trouveront plus sexy comme ça. Elles vont penser que tu es blond ».

L’un des instigateurs de cette traque n’est autre que le jeune humoriste Shady Hussein. Il participe à l’émission télévisée satirique « Abla Fatiha ». Ce dernier est connu pour ses frasques et actions en tous genres visant à dénoncer des situations en Égypte. En janvier dernier, il avait notamment écopé d’une peine de prison pour s’être filmé en train de distribuer des préservatifs gonflés à des policiers pour célébrer le cinquième anniversaire de la révolution qui a déchu Hosni Moubarak. Dans ces derniers, il avait inscrit : « De la part de la jeunesse égyptienne pour la police en ce 25 janvier ».


Malheureusement, le harcèlement sexuel en Égypte est ancré dans la société. Un rapport de l’ONU fustigeait que plus de 99 % des femmes aient témoigné avoir été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexuel. Un film a même été consacré sur cette problématique en 2011: les femmes du bus 678. Cette fiction raconte le parcours d’une femme qui veut venger les victimes harcelées en poignardant les hommes qui ont les mains baladeuses. Morale de l’histoire, on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs.

Mouâd SALHI

Mouâd Salhi

Mouâd Salhi

Journaliste pour Alohanews, d'ici et d'ailleurs, passionné par la géopolitique, a un stylo comme épée et comme maître mot la justice.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.