Quentin Bruno, photographe : « La guerre c’est 90% d’attente et 10% de combats »

Quelques jours avant la prise de Mossoul, les villes et villages aux alentours se font reprendre. Bashika, une ville Yézédis et chrétienne, étant ainsi le dernier bastion des Peshmergas.
© Quentin Bruno / Hans Lucas
Quelques jours avant la prise de Mossoul, les villes et villages aux alentours se font reprendre. Bashika, une ville Yézédis et chrétienne, étant ainsi le dernier bastion des Peshmergas. © Quentin Bruno / Hans Lucas

Aucun pied-à-terre, une valise toujours faite. À 25 ans, Quentin Bruno est toujours prêt à partir au bout du monde pour sa passion. Photographe de guerre, il confronte son art aux réalités d’un monde en pleine crise. Irak, Palestine, Sénégal, ses yeux ont connu l’horreur, mais également des moments de véritable humanité. Rencontre.

Pour ceux qui ne te connaissent pas, qui es-tu ?

Je suis un photographe bruxellois franco-belge de 25 ans. Depuis mes 18 ans, j’ai beaucoup voyagé et couvert des reportages dans de nombreux pays : Liban, Irak, Palestine, Sénégal. Je fais partie de l’agence Hans Lucas pour qui je suis photoreporter.

Te sens-tu politiquement engagé en faisant de la photographie ?

Oui, je pense. Par la photographie, j’essaye de montrer des choses qui me touchent. J’ai grandi dans une famille impliquée dans le social et donc, avant même de faire de la photo, j’ai toujours voulu faire du volontariat, des donations à des ONG et ce genre de choses. Ce qui m’intéresse c’est le côté social, le décrire, le montrer. C’est une sorte d’engagement.

Quelques jours avant la prise de Mossoul, les villes et villages aux alentours se font reprendre. Bashika, une ville Yézédis et chrétienne, étant ainsi le dernier bastion des Peshmergas. © Quentin Bruno / Hans Lucas

Quelques jours avant la prise de Mossoul, les villes et villages aux alentours se font reprendre. Bashika, une ville Yézédis et chrétienne, étant ainsi le dernier bastion des Peshmergas.
© Quentin Bruno / Hans Lucas

Les principaux photoreportages que tu as faits viennent du Moyen-Orient. Pourquoi ce choix ?

Grâce à un ami rappeur Pitcho, qui gérait un groupe de rappeurs palestiniens, je me suis retrouvé en Palestine pour faire un reportage pendant un mois sur la liberté d’expression des artistes vivant en Israël. Je suis littéralement tombé amoureux du Moyen-Orient. J’ai tenté de faire un voyage « en stop » de Bruxelles à Istanbul avec un ami et après être arrivé au Liban, on a commencé à travailler avec les réfugiés syriens. De fil en aiguille, j’ai pu bosser pour des ONG et suis resté là-bas pendant un an. Le Moyen-Orient représente vraiment le véritable terrain des enjeux politiques et c’est pourquoi j’y exerce mon métier, là-bas ainsi qu’en Afrique.

Est-ce que tu peux nous parler de la genèse de ton aventure en Irak en octobre 2016 ?

Grâce à un ami, Wilson Fache, qui est également un journaliste indépendant, j’ai pu séjourner en Irak. J’ai donc commencé un reportage sur les milices chrétiennes qui voulaient reprendre leur ville de Qaraqosh après l’occupation de Daesh. Deux semaines plus tard, j’ai couvert l’offensive qui s’y déroulait. C’est ainsi que j’ai été repéré par Le Figaro pour ensuite faire leur Une.

On entend beaucoup parler d’un conflit qui serait né d’une conscience religieuse. Est-ce que pour les milices chrétiennes, cette guerre est religieuse ou uniquement géopolitique ?

Pour moi, c’est une guerre politique qui est cachée sous des drapeaux religieux. Il s’agit d’une guerre monétaire avec des enjeux extrêmes. L’Irak c’est le centre des nappes pétrolières. D’ailleurs, si la guerre a commencé si tard, c’est pour laisser la place aux accords concernant la répartition des territoires et la récupération des pouvoirs par après.

Certains comprennent les enjeux politiques tandis que d’autres sont bloqués dans leur chauvinisme. De l’extérieur, on comprend bien qu’il y a plus que de la religion dans ces conflits, quand deux populations se haïssent alors qu’elles sont censées faire partie de la même religion.

Y’a-t-il une guerre froide idéologique qui se forme au sein de la population ?

On ressent vraiment une sorte de guerres idéologiques entre les populations. Il y a beaucoup de conflits qui naissent de la répartition des territoires. Chacun pense à son ethnie et se définit comme Turc, Irakien, Kurde , etc. On ressent vraiment que tout peut partir en carnage d’un moment à l’autre. 

Le premier jour de l'offensive contre Mossoul s'est déroulé sous le contrôle des Peshmergas avec l'aide de la coalition. Certains villages ont été libéré du joug de l'Etat Islamique avant que l'armée irakienne vienne libérer les villages chrétiens dans les jours qui suivent. © Quentin Bruno / Hans Lucas

Le premier jour de l’offensive contre Mossoul s’est déroulé sous le contrôle des Peshmergas avec l’aide de la coalition. Certains villages ont été libéré du joug de l’Etat Islamique avant que l’armée irakienne vienne libérer les villages chrétiens dans les jours qui suivent.
© Quentin Bruno / Hans Lucas

Est-ce qu’il n’y a que des combats sur le terrain des conflits ?

La violence de la guerre est très imagée dans notre conscient, mais dans la réalité, la guerre c’est 90% d’attente et 10% de combats. En dehors de Mossoul, les milices attendent, ils ont froid, ils s’ennuient. Ils n’ont qu’une envie : que l’action arrive.

Par contre, il ne faut pas oublier que ces gens-là avaient une autre vie. Je me rappelle de ce milice, ancien poète, qui n’avait qu’une envie : retourner dans son église pour terminer son poème.

La photo est un rapport humain, une relation que l’on crée

Est-ce qu’en partant en zone de guerre, on se prépare à l’idée de se faire capturer ?

Oui, il s’agit de ma pire phobie. Je préfère mourir sur place que d’être pris en otage et me faire torturer. J’essaye de ne pas trop penser à ces risques, mais il m’est déjà arrivé sur le terrain d’être complètement apeuré en y pensant. Par contre, l’adrénaline que ça provoque, j’en ai besoin.

Tu as une exposition photo qui s’appelle « Demain sera meilleur ». Que veux-tu dire par là ?

Je parle d’une histoire très touchante avec Ibrahim, un des réfugiés syriens au Liban. À l’époque, on faisait des interviews avec des traducteurs dans un centre de la banlieue de Beyrouth où des activités multiples sont enseignées. Ibrahim avait dessiné une rose sur un mur et il avait marqué « Tomorrow will be better » avec un anglais complètement chaotique. Il a vécu des choses vraiment horribles sur le chemin de la guerre. Il a fini par devenir un ami. Ce message c’est une sorte d’hommage que je lui fais.

As-tu peur pour le futur du métier de journaliste-photographe ?

J’ai super peur par rapport à ça. Beaucoup de lettres ont été envoyées à la Ministre de la Culture, car beaucoup de journaux ne paient plus les photographes. L’âge d’or du journalisme et de la photographie est totalement fini à mes yeux. À l’ère du numérique et des réseaux sociaux, on ne s’attarde pas sur la qualité des images, mais sur la quantité de celles-ci.

Quand on a des photos en masse qui se diffusent sur Facebook, cela peut induire les gens en erreur et verser dans la désinformation. Il y a des situations où un amas d’informations se doit d’être traité avec le temps et la qualité nécessaire, pour pouvoir rester respectueux des gens et fournir un travail de journalisme cohérent et éthique.

Il m’est arrivé de ne rien gagner, alors que j’ai dû mettre ma vie en danger pour récolter l’information.

Le premier jour de l'offensive contre Mossoul s'est déroulé sous le contrôle des Peshmergas avec l'aide de la coalition. Certains villages ont été libéré du joug de l'Etat Islamique avant que l'armée irakienne vienne libérer les villages chrétiens dans les jours qui suivent. © Quentin Bruno / Hans Lucas

Le premier jour de l’offensive contre Mossoul s’est déroulé sous le contrôle des Peshmergas avec l’aide de la coalition. Certains villages ont été libéré du joug de l’Etat Islamique avant que l’armée irakienne vienne libérer les villages chrétiens dans les jours qui suivent.
© Quentin Bruno / Hans Lucas

Lorsque des journaux t’achètent des photographies, n’as-tu pas peur qu’ils prennent tes photos pour illustrer des propos orientés ?

Je n’ai pas connu ça, mais une amie photographe a pu expérimenter ça. Elle en était furieuse : elle avait pris en photo d’un Kurde d’Irak, mais les médias l’ont identifiée comme étant une autre personne. C’est clair qu’avec ce genre d’agissement, nos photos n’ont plus de sens.

Est-ce que la photographie peut avoir un impact sur le photographe lui-même ?

Pour moi, la photographie nous protège. Il y a des moments qui sont trop durs pour moi, je n’arrive pas à prendre une photo. Humainement, je pense qu’il y a des moments où prendre une photo serait un manque de respect par rapport à la personne en face de moi. Je range donc mon appareil quand j’ai ce ressenti. Par contre, dans l’action, il faut se bouger et surpasser sa peur.

La photo est un rapport humain, une relation que l’on crée. Pour pouvoir prendre une photo, il ne faut pas oublier tout ce qui se passe autour, avant la photographie elle-même.

Quel est ton meilleur souvenir en tant que photographe ?

La Palestine, car c’est mon premier voyage seul. Il s’agit du centre géopolitique du monde. J’ai rencontré des gens exceptionnels. Vivre là-bas et rencontrer des personnes qui dépassent nos dualités entre le bien et le mal m’a vraiment beaucoup apporté.

L’Irak, par contre, m’a beaucoup calmé. Vivre un quotidien aussi violent m’a permis de relativiser. J’ai fait une croix sur beaucoup de choses et je me sens plus en paix avec moi-même.

Propos recueillis par Bahija ABBOUZ

Soulina

Soulina

"L'art est le plus court chemin de l'homme à l'homme ". Soulina tend vers cette rencontre car il y a de l'âme dans chaque expression artistique.

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.