Le Festival Esperanzah : chanter pour penser

Le festival Esperanzah revient cette année le 2, 3 et 4 août 2019 pour de l’art, de la musique et surtout une bonne dose d’humanité. Un programme chargé qui plaira au plus grand nombre.

Musicalement tout d’abord, le festival qui aura lieu comme chaque année à l’Abbaye de Floreffe propose encore une fois une programmation de qualité. Son atout principal : la diversité des styles. Du reggae, du rap, de la soul, il y en aura pour tous les goûts. Nous aurons notamment la chance de vibrer au son des soeurs Ibeyi et de leurs douces mélodies. Du côté du rap, ce sont Georgio, Lord Esperanza et Veence Hanao qui en seront les représentants. Vous aurez aussi l’occasion de voir Fakear, Michael Kinawuka, le trio LEJ et bien d’autres artistes encore.

Festival Esperanzah

Mais le festival Esperanzah ne se résume pas qu’à la musique. L’humain, le social et la culture sont aussi mis à l’honneur. Comme chaque année, l’art de rue sera particulièrement mis en avant. Vous pourrez retrouver des scènes ouvertes, des fanfares, des performances artistiques ou même des animations tout au long du week-end.

L’espace « Tout va bien » ravira autant les fans de cinéma que les passionnés de débats. En terme de projection, sera présenté notamment « J’veux du Soleil » de François Ruffin qui donne à voir le combat social mené par les Gilets jaunes depuis le début des manifestations. Pour ce qui est des débats, ce sont des thématiques de société qui devraient toutes nous concerner : la lutte des classes, les violences policières, les trans et l’intersectionnalité des luttes.  

 

Esperanzah et toute son équipe sont bien conscients des problématiques de notre société actuelle, et c’est pour cela que le festival prend le parti d’une vision alternative. Dans l’espoir de renverser ces systèmes de domination, de nombreux moyens sont mis en place : le plan Sacha, pour lutter contre le harcèlement par le biais de formations, de prévention et de prise en charge psychosociale, mais aussi une campagne pour démasquer les privilèges (qu’ils soient conscients ou inconscients).

In fine, ce sont trois jours de bonne ambiance, mais aussi de la réflexion sur une société alternative que vous vivrez à Floreffe. Cette mentalité se résume parfaitement avec le slogan du festival « Une fête, de l’art, du sens autrement ».

Pierre Kaftal

à lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.